Accueil
Madagascar
Réunion
Copyleft : Bernard CHAMPION

1 Éléments d'Anthropologie du Droit
Avant-propos : Philippe LABURTHE-TOLRA Doyen honoraire à la Sorbonne
Préface :
Norbert ROULAND Membre de l'Institut Universitaire de France

présentation avant-propos préface introduction plan
index analytique références table illustrations
1- Le souverain juge
2- “Pourquoi le sang de la circoncision...”
3- Dessin du dessein
4- “Authentique ! sans papier !”
5- L“Âme du Mil”
6- “Il faut se battre pour la constitution...”
7- Rire et démocratie
8- Sur l’innovation
9- La “culture des analgésiques” et l’individualisme
10- Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion”
11- Du mythe au roman, de la Patrie à la Filisterie
12- La chimie du rire
13- Quelques données sur la prohibition de l’inceste
14- Morale et handicap
15- Le juge, de quel droit ?
16- Droit au sol et mythes d'autochtonie
17- Habiter, cohabiter : sur l’exemplarité
18- Le territoire de la langue : les deux natures
19- Enquête sur la forme humaine : 1
20- Enquête sur la forme humaine : 2
21- Enquête sur la forme humaine : 3-21.1


présentation
PROCHAINEMENT :
une présentation raisonnée des pages WEB
qui composent ce site
sous forme d’un ouvrage électronique téléchargeable
(350 Mo, 1719 pages au format A4)
voir SOMMAIRE

anthropologieenligne.com : unité de l’homme et diversité des cultures


Chapitre 21


La reconnaissance de la forme humaine :
figures de l'altérité, de la morale et du droit
(les "trente glorieuses" et les trente pleureuses)

Plan du dossier :

19.1 Exorde
19.11 "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité : relevé des grafitti de la Sorbonne, mars 1982
19.2 Variations sur le prochain
19.3 Quand la théorie de la société est la théorie du marché
19.4 Les "30 glorieuses" et les 30 pleureuses
19.5 De Tati à Tati
19.6 Gradations dans l'expression de l'allophobie et dans son aveu
19.7 Territoire, proxémie, proximité : le proche et le lointain
19.8 Appartenance commune
19.9 Guetteurs au créneau
20.1 Othello, ou la tragédie de l'apparence
20.2 Phénotypes et stratification sociale : la naturalisation du droit
21.1
L'empire de la liberté : la techno-structure par l'exemple, neutralisation des fonctions et des genres
21.2 Loi du renouvellement technique et conséquences...
21.3 Hormones et territorialité : la dominance à l'épreuve de la valeur morale de la différence
21.4 L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (1) : liaisons
21.5
L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (2) : déliaisons
21.6 Logique du vivant, morale du vivant
21.7 Médialangue et culture-jeunesse, distance réfractaire et période réfractaire


IV - 21.1 La techno-structure par l'exemple : neutralisation des fonctions et des genres
("archéologie" et "science-fiction" : morceaux choisis)

Une différence embarrassée

Pour s'arracher à la sujétion de la différence sexuelle, il faut s'arracher à la sujétion de la sexualité ; à la nature et à l'homme. Selon la prieure du carmel de Mazille, la vie retirée n'est pas une "fuite du monde", mais une "véritable libération", et quoi qu'on en pense, une "libération de la femme". (Le Monde du 24 janvier 1985) Dans la société moderne idéale, eu égard à la tradition dont elle s'affranchit, la vie proprement féminine serait une honte ou un apostolat. Le nécessaire "excès", la nécessaire intransigeance militante de la génération sacrifiée révèlent une orientation générale, une sage moyenne. Les positions dont nous venons de faire état (à l'aide de quelques raccourcis) révèlent la difficulté, liée à une situation historique déterminée, de faire advenir une différence non hiérarchisée : ni "désexuation", ni "monosexuation". (Luce Iragaray, Le Monde du 7 juin 1985) Parallèlement à cette neutralisation des genres, l'idéologie libérale met en vedette les accidents où la nature elle-même paraît démentir la classification naturelle. Préfacés et commentés par des intellectuels en vue, les mémoires ou les histoires de transsexuels connaissent davantage qu'un succès de curiosité. Le moderne ne reconnaît le bien-fondé de la différence des sexes que lorsque la vérité psychologique, dénommée "authenticité", réclame un changement de sexe : quand l'évidence subjective prend le pas sur la nature. Des décisions de justice font d'ailleurs droit à une donnée ignorée par les articles 99 à 101 du Code civil, celle de "sexe psychique". La commission des questions sociales et de la santé du Conseil de l'Europe a rendu public le 30 juin 1981, un projet de résolution selon lequel "Tout individu ayant atteint l'âge légal de consentement doit jouir du droit à l'autodétermination sexuelle". Quoi qu’il en soit, le sérieux de la question ne laisse pas de prêter à sourire. Ainsi quand une dépêche de l'A.F.P., citée dans Le Monde du 27 décembre 1984, rapporte qu'à Piacenza (Italie), une poule a changé de sexe. Elle est devenue stérile, ses rémiges se sont allongées et une crête lui a poussé au front. Le gallinacé transsexuel s'est mis à courtiser ses anciennes compagnes et son gloussement s'est transformé en sonore cocorico… Et qu’un tel fait, à l’instar de la "romance" des manchots gays de Hambourg (supra) (qui serait interprété dans les termes de l'ancienne cosmologie comme annonciateur de désastres naturels), est appréhendé par le moderne comme une lutte exemplaire pour échapper à un destin « préfabriqué ».

Qui manifeste sans rire pour le respect de la différence des sexes ? Deux cents prostituées la rue Saint-Denis, encadrées de leurs souteneurs et criant "Mort aux pédés !", "Mort aux travelos !" (Le Monde du 31 juillet 1983). L'objet du scandale est un bar où se produisent des travestis dans un "spectacle d'imitation des stars du disco". Bien qu'il n'y ait pas concurrence professionnelle, les prostituées accusent les "travelos brésiliens" de "casser le boulot" : "l'un d'eux aurait empiété, deux jours plus tôt, sur leur territoire". Sous le label "rue Saint-Denis", "le client n'aurait jamais de mauvaise surprise au déshabillage". Une marque commerciale à protéger, en quelque sorte. En présence des policiers, les manifestantes affirment qu'elles ont "le droit pour elles", qu'elles sont "protégées par la police"... Le journaliste qui rapporte les faits s'indigne de la bienveillance dont bénéficie cette "milice new-look, horde vertueuse de défense de la "morale trottoir" et conclut qu'"il y a quelque chose de pourri à l'est du deuxième arrondissement".


Trog. Private eye (1966).

La "morale trottoir", la chanson populaire, jusqu'à Piaf, y puise nombre de ses drames et de ses héros. Son crime – en sus des crimes bien réels et de l'entreprise d'avilissement de la personne qui la perpétue – est aussi de dater : emblème ou caricature d'un certain rapport entre les sexes. Quand un chroniqueur du Matin, dialoguiste de films à succès, écrit, à propos d'un procès de proxénètes à Grenoble : "Si un julot ne peut plus librement avoiner sa gagneuse, c'est tout un concept qui chavire, toute une morale qui fout le camp"." (Le Matin du 17 juillet 1980) il dresse le constat, significativement exprimé dans un langage qui excuse le crime – le langage du crime – du dépérissement d'une évidence "naturelle".


Marie Marcks (1963)

Interrogé à propos de son dernier livre, un écrivain en vue (cet auteur arrive en deuxième position à la question, à laquelle 146 écrivains ont répondu, posée par le numéro de juin 1987 de la revue Digraphe : "Pensez-vous qu'il y ait aujourd'hui des écrivains trop 'connus' ? si oui, lesquels et pourquoi ?") explique qu'il a horreur de la barbe. Souvenons-nous que l'éducation antique (vide supra : notamment chapitre 2.9 : Pourquoi le sang de la circoncision emporte la vie des rois et chapitre 9.2 : La culture des analgésiques et l'individualisme) avait pour "but" de faire pousser la barbe. On apprend, dans Le Monde du 7 août 1983 que cet homme de lettres trop connu "fait peu de confidences sur son métier [...] et la genèse de ses romans. [Il] les réserve aux enfants des écoles où il est régulièrement invité depuis le succès de Vendredi et la vie sauvage. Et, dans Le Monde du 12-13 août 1984, que le but de son écriture est une pédagogie du corps à l'intention des enfants. Alors qu'on lui demande : "Pourquoi n'écrivez-vous pas un livre à l'éloge du contact physique, une sorte de manuel pour empêcher ce dessèchement [propre à la société occidentale] ? Cet "instituteur de la jeunesse", pour reprendre l'expression d'Aristophane, répond : "Je ne fais que cela. Tous mes livres célèbrent le contact physique et notamment ceux que j'ai écrits avec suffisamment de soin pour que les enfants puissent les lire. L'un d'eux, Pierrot ou les secrets de la nuit qui est mon meilleur livre, n'est qu'un hymne au contact physique. C'est une histoire entièrement charnelle, une histoire d'odeurs, de gustation. Je la considère à la fois comme un traité d'ontologie, de morale et une leçon d'amour."

Un petit Poucet du Lycée Montaigne

Un dossier du Magazine Littéraire n° 226 (janvier 1986) intitulé "Tournier face aux lycéens" rapporte un échange entre l'écrivain pédagogue et un lycéen qui lui demande "pourquoi, dans [ses] romans [...] il y a toujours des sentiments forts, des amitiés entre hommes et jamais entre hommes et femmes". Michel Tournier oppose le cas de Gilles et de Jeanne. Son interlocuteur lui fait alors remarquer qu'il a fait "un adolescent, un androgyne de Jeanne d' Arc..." Renonçant à démentir l'évidence, Tournier justifie : "Mais cela a bien son charme le genre unisexe". Mais quand son jeune contradicteur lui rétorque, alors qu'il vient d'expliquer que le Roi des Aulnes est une histoire de guerre : nécessairement sans femmes, que "Tiffauges ne s'intéresse qu'aux jeunes garçons", il en appelle alors à la tradition : "C'est un ogre. Il aime la chair fraîche et les enfants. Au début, il n'a pas de préjugés mais il était indispensable pour mener à bien mon histoire, que, par petits coups et plus ou moins sensiblement, je l'oriente vers les petits garçons. Pourquoi ? D'abord parce qu'un ogre, si vous lisez Charles Perrault, ce sont les petits garçons qu'il aime. Derrière l'ogre, vous avez l'homme de la forêt, le chasseur. Et un chasseur ne chasse pas les animaux femelles. On ne fait pas la chasse à courre sur une biche. La chasse à courre, ça se fait sur un cerf. Il y a donc un côté chasseur et ensuite survient, dans mon roman, la guerre. Tiffauges va être chef d'une napola. Or, la napola était un prytanée militaire, réservé exclusivement aux jeunes garçons."


Dragan Rumencic (1977)

Que le conte de Perrault, à structure initiatique, mette en scène des garçons, en effet. Que la chasse ritualisée oppose des mâles (chasseur et gibier), certes. Mais, au blason du chasseur, comparés aux bois de cerfs, les trophées de poucets ou de poussins font d'assez piètres titres à la gloire de Nemrod – à moins que celui-ci, précisément, ne soit un ogre. Dans la version libérale du conte pédagogique ici développé, l'ogre et l'éducateur ne font qu'un. Comme si Thésée (le chef de la napola) et le Minotaure (l'ogre) n'étaient qu'un seul et même personnage. L'absence de femme démasquée par un Petit Poucet du lycée Montaigne répond en réalité, fidèle au nihil obstat de la techno-structure et à son modèle individualiste, à une économie homosexuelle sans que cela pose question. A l'inverse du schéma éducatif traditionnel où l'épreuve initiatique habilite au mariage – la fonction de l’ogre est de dévorer la fille dans le garçon – un tel scénario n'offre aucune issue au captif : il ne sort en effet pas d'homme d'un tel conte qui n’est pas un conte initiatique mais un lacs ourdi par l'ogre, amateur de chair fraîche, qui tire à lui (au lieu de l'engendrer) toute masculinité naissante. Comme il est rappelé plus haut (chapitre 9.4 “Quelques données ethnographiques sur l'homosexualité initiatique”), dans les dispositifs éducatifs ici invoqués, il n'y a pas d'ogre à temps plein. Cet ogre-pédagogue (tel le loup devenu berger de la fable) – que n'étouffe pas la mauvaise conscience, la modernité lui en donne le droit – n'a pas pour dessein de conférer, comme l'éducateur antique, un supplément de masculin, mais d'entretenir un état d'indifférenciation sexuelle qui soustrait le garçon à son accomplissement propre et qui l'accommode à son festin. (En fait, dans le conte populaire, l'ogre dévore des filles – débectation pour le pédéraste – car les garçons rusent : vide supra : chapitre 2 : 2.06 Thésée, chef d’initiation ?).

Dans la version libérale du conte pédagogique ici développé, l'ogre et l'éducateur ne font qu'un. Comme si Thésée (le chef de la napola) et le Minotaure (l'ogre) n'étaient qu'un seul et même personnage. L'absence de femme démasquée par un Petit Poucet du lycée Montaigne répond en réalité, fidèle au nihil obstat de la techno-structure et à son modèle individualiste, à une économie homosexuelle sans que cela pose question. A l'inverse du schéma éducatif traditionnel où l'épreuve initiatique habilite au mariage – la fonction de l’ogre est de dévorer la fille dans le garçon – un tel scénario n'offre aucune issue au captif : il ne sort en effet pas d'homme d'un tel conte qui n’est pas un conte initiatique mais un lacs ourdi par l'ogre, amateur de chair fraîche, qui tire à lui (au lieu de l'engendrer) toute masculinité naissante 


Illustration extraite du Magazine Littéraire n° 226 ( janvier 1986), intitulé "Tournier face aux lycéens"



Contrairement à ce qu’affirme la présentation du dossier qualifiant « l'art démiurgique » de l'auteur, il ne s’agit nullement là d’une « réanimation des mythes anciens dans notre monde moderne », mais bien d’une inversion d’un thème pédagogique traditionnel – ou alors, il faudrait voir dans cette « réanimation » une construction formelle analogue à la fonction de l'électuaire antique à base d'hyacinthe (vide supra) que les marchands d'esclaves administraient aux adolescents qu'ils destinaient à la prostitution afin d'en retarder la puberté. L'écrivain tire la théorie d'une humanité possible dont il ne détient pas la clé. Dans la redistribution des positions symboliques opérées par les sociétés libérales, porte-voix parmi d’autres, il a le devoir d’exécuter la partition de son chiffre individuel. La société libérale se donne ainsi à voir dans son inépuisable multiplicité sous la lumière noire de la création littéraire (les ultra-violets de la lumière noire permettant aussi de détecter les faux billets). Avec une préférence systémique pour les écarts avec la norme traditionnelle : rien ne date tant, en effet, que la volonté de se montrer conforme à la norme majoritaire.

Bien que l'« opinion » les mette parfois en cause et que des prévenus les fassent citer à la barre comme témoins de moralité (Le Monde du 7 et 8 novembre 1976 et du 4 novembre 1981), ce ne sont pas les hommes de lettres, comme tels, qui fournissent les proies de la prostitution enfantine. Dans un article à charge, le magazine Marie-Claire de février 1986 (n° 402) rapporte : « L'un de ces écrivains connus, dans une lettre parue dans un numéro de Recherche d'avril 1979, racontait son bonheur dans un pays du tiers-monde où la pauvreté oblige les enfants à se prostituer plutôt que d'aller à l'école :  “Je nage parmi les voluptés pubères et impubères ! Il m'arrive d'avoir jusqu'à quatre gamins âgés de huit à quatorze ans dans mon lit... ces petits pauvres ont de l'allure”. Un autre écrit   “Je ne voudrais pas avoir d'enfants parce qu'ils sont exposés à trop de risques. Je ne les enverrais ni dans les camps ni dans les colonies de vacances. Le milieu pédophile est énorme. Il y en a de plus en plus”. Pourquoi ? Le docteur Bornstein a son hypothèse : “Hier, c'était la misère financière qui faisait des enfants des produits faciles dans nos sociétés. Aujourd'hui, c'est aussi la misère... mais affective. L'absence de structure familiale forte en est une autre cause directement liée à la première. Avec en plus le droit à la différence sexuelle, qui banalise la pédophilie homo et hétéro”. »


Mose

"Nous naissons tous fous ; quelques-uns le demeurent." (Samuel Beckett)

La singularité est la loi idéale de cette composition abstraite d'individus qui constitue le Léviathan moderne. Un lieu commun de la "sexologie", science de cette singularité, est la réhabilitation de la masturbation. L'appartement de célibataire et la portion individuelle, pour en rester à la table et au couvert, définissent la forme matérielle de cet individualisme dans l'architecture contemporaine et dans l'industrie alimentaire. Le culte de la jeunesse – le particulier trouve son modèle dans sa propre potentialité et non plus hors de lui – et le "refus de grandir", qu'on dénomme, dans la société américaine, "syndrome de Peter Pan", sont une caractéristique psychologique de cet homme moderne. Une jeune femme qui travaille sur le chantier d'un immeuble destiné à fournir ces appartements pour célibataires, dans un quartier élégant de New-York, définit ainsi le profil psychologique des futurs acquéreurs : "Ils gagnent beaucoup d'argent. Leur credo, c'est : "Moi, moi, moi !" L'idée d'engagement est totalement absente de leur vie." (A 2, le 17 février 1985)


Simplifiant le trait dans le souci de mettre la liberté en relief – du relief à la caricature la différence n'est que d'intention – on ne croyait pas si précisément dire. Un sexologue explique à la télévision (A 2, le 5 février 1986) comment sa vocation est attachée à la déculpabilisation de la masturbation. Il dit la honte qu'il éprouvait, quand il était étudiant, après avoir satisfait cette irrépressible envie. Jusqu'à ce qu'il rencontre un médecin hollandais qui lui explique qu'"en Hollande, depuis dix ans, on se masturbait sans honte."



"Je nomme ainsi [professions délirantes] tous ces métiers dont le principal instrument est l'opinion que l'on a de soi-même, et dont la matière première est l'opinion que les autres ont de vous." (Paul Valéry)

Par ce singulier qu'est l'écrivain – archétype social par cela seul – et par l'intérêt vital que celui-ci peut trouver à produire et à publier la théorie de son unicité se diffuse une image exemplaire – même ceux qui en récusent l'exemplarité savent qu'elle représente une humanité possible. Certes, aucun auteur n'a le monopole de cette diffusion. La liberté d'expression est aussi la forme moderne de la censure. Tous les goûts, toutes les idées, tous les auteurs s'équivalent, s'équilibrent et s'annulent. Tout peut être exprimé. Les démonstrations les plus tapageuses meurent de l'excès contraire ou concurrent qu'elles suscitent. C'est une moyenne qui compte, ou un auteur moyen. La "vérité" fait une moyenne avec l'"erreur". Cette relation spéculaire exclut, en fait, la simple considération de l'auteur qui ne participe pas de cette "théâtrocratie". Alors que le conteur d'histoires était d'abord un médium, l'auteur moderne délivre la théorie de sa singularité dans les catégories de l'universel. En l'absence de vérité reconnue – réprimer l'expression ne serait pas seulement faire exception au principe de la liberté individuelle, mais offusquer un éclat du polymorphisme caractériel (vide supra : chapitre 8 : Sur l'innovation) – l'image dominante résulte d'une sorte de loi de Mariotte de l'idéologie. Ce théâtre est celui du faux-semblant et de la mauvaise foi ? Qu'importe, puisque la vérité est dans cette mise en vedette du sujet et l'affirmation formelle de la liberté d'expression. Toutes les névroses sont bonnes à dire, mais particulièrement les idiopathies médiatiques. Ce qui fait la qualité de littérateur, ce n'est pas plus de talent, plus de savoir ou plus d'intelligence, c'est plutôt l'incapacité de l'homme ordinaire à se raconter des histoires qui lui fait prendre langue avec un autre homme ordinaire qui a un besoin constitutionnel d'affabulation. L'écrivain sera, par priorité, celui qui souffre d'un défaut de communication susceptible de rendre sa parole feinte immédiatement vraisemblable.


Miso Cvijanovic (1973)

Dire que l'individu est singulier, voilà bien un pléonasme. "Autant de têtes, autant d'avis". La singularité des jumeaux vrais, c'est qu'un regard étranger n'y reconnaît pas l'homme (dernier avatar de la malédiction qui pèse sur cette exception : la science moderne en fait un matériel d'expérimentation pour démêler l'inné de l'acquis). Sans doute, toujours l'uniformité pèse, et l'individu tient à égale distance entre la solitude où se forme le talent et la société ou se forge le caractère, selon le mot de Goethe. Mais le moderne se trouve avoir un particulier besoin de talent : façonné par une liberté dont il doit faire subsistance, retiré des contraintes collectives et des matrices symboliques, soumis à la production en série, il lui faut des maîtres en singularité. Trois lumières, trois figures salutaires polarisent son existence : le "fou", l'artiste, l'intellectuel. Réintégrer la déviance dans les ordres de la société, tel est le mot d'ordre de la psychologie : fous à délier. Exalter l'expression individuelle, c'est une fonction de l'artiste, modèle invivable de la vérité privée. Exhiber la liberté et l'apodicticité du parti-pris, focaliser les goûts et les dégoûts, telle est la tâche dont l'intellectuel s'acquitte en artiste ("La littérature, disait Maurras, ajoute à la férocité naturelle de l'homme" ; Swift voulait regrouper les écrivains dans une même rue pour éviter que toute la ville ne se transforme en égoût...). L'intellectuel, ce parangon des outrecuidés, est ici un modèle de vertu. Il lui est toujours gênant d'entendre dire d'un autre qu'il a du talent : c'est autant qu'on lui enlève et sur sa planète il n'y a de place que pour un. "Ce qui rend la vanité des autres insupportable, remarquait La Rochefoucauld, c'est qu'elle blesse la nôtre". La violence des polémiques théâtrales dans lesquelles il s'engage – qui font passer le frisson du risque sur des existences de fonctionnaires ou assimilés – témoigne d'une spécialisation entretenue. La version moyenne de cette figure se caractérise par une suspicion, plus ou moins paresseuse – humaine ô combien – à tout ce qui n'est pas soi, une obstruction qui, bien que tournant le dos aux lois les plus élémentaires de la pensée, révèle un intérêt social dont l'intellectuel a charge : associer la vérité à l'éréthisme de la première personne.


(Mose)

Si la responsabilité de l'écrivain est l'égotisme, on ne saurait trouver de responsabilité de l'homme-écrivain que devant ce seul principe. De fait, la censure de la libre-expression, ou censure médiatique, s'exerce par défaut sur des archaïques qui font sourire en définissant des devoirs au sujet (déjà récusés par l'audimat : ils n'intéressent personne) : la préférence libérale, qui par principe ne saurait brider, va aux images qui élargissent le champ des potentialités individuelles. La gestion des codes ne relève plus d'un magistère officiel. Laissée à ceux qui s'y intéressent, elle est souvent assurée par ceux qui ont un différend avec les institutions. C'est dans cette opposition que l'individu est censé trouver sa vérité. (Certes, il est d'autres interprétations de la responsabilité de l'écrivain, mais elles tombent à l'extérieur de cette sociodramaturgie. Par exemple : "Le mystère du langage est grand ; être responsable du langage et de sa pureté, c'est porter une responsabilité d'ordre symbolique et spirituel : celle-ci ne revêt pas seulement une signification esthétique. La signification du langage est, essentiellement, la responsabilité elle-même." – Thomas Mann, exilé, dans une lettre ouverte au recteur de l'université de Bonn, qui vient de le dépouiller du titre de docteur honoris causa.)

Plan du dossier :

19.1 Exorde
19.11 "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité : relevé des grafitti de la Sorbonne, mars 1982
19.2 Variations sur le prochain
19.3 Quand la théorie de la société est la théorie du marché
19.4 Les "30 glorieuses" et les 30 pleureuses
19.5 De Tati à Tati
19.6 Gradations dans l'expression de l'allophobie et dans son aveu
19.7 Territoire, proxémie, proximité : le proche et le lointain
19.8 Appartenance commune
19.9 Guetteurs au créneau
20.1 Othello, ou la tragédie de l'apparence
20.2 Phénotypes et stratification sociale : la naturalisation du droit
21.1
L'empire de la liberté : la techno-structure par l'exemple, neutralisation des fonctions et des genres
21.2 Loi du renouvellement technique et conséquences...
21.3 Hormones et territorialité : la dominance à l'épreuve de la valeur morale de la différence
21.4 L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (1) : liaisons
21.5
L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (2) : déliaisons
21.6 Logique du vivant, morale du vivant
21.7 Médialangue et culture-jeunesse, distance réfractaire et période réfractaire




Rechercher dans :
http://www.AnthropologieEnLigne.com