Accueil
Madagascar
Réunion
Copyleft : Bernard CHAMPION

1 Éléments d'Anthropologie du Droit
Avant-propos : Philippe LABURTHE-TOLRA Doyen honoraire à la Sorbonne
Préface :
Norbert ROULAND Membre de l'Institut Universitaire de France

présentation avant-propos préface introduction plan
index analytique références table illustrations
1- Le souverain juge
2- “Pourquoi le sang de la circoncision...”
3- Dessin du dessein
4- “Authentique ! sans papier !”
5- L“Âme du Mil”
6- “Il faut se battre pour la constitution...”
7- Rire et démocratie
8- Sur l’innovation
9- La “culture des analgésiques” et l’individualisme
10- Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion”
11- Du mythe au roman, de la Patrie à la Filisterie
12- La chimie du rire
13- Quelques données sur la prohibition de l’inceste
14- Morale et handicap
15- Le juge, de quel droit ?
16- Droit au sol et mythes d'autochtonie
17- Habiter, cohabiter : sur l’exemplarité
18- Le territoire de la langue : les deux natures
19- Enquête sur la forme humaine : 1-19.1
20- Enquête sur la forme humaine : 2
21- Enquête sur la forme humaine : 3


présentation

Une présentation raisonnée des pages WEB qui composent ce site
sous forme d’un ouvrage électronique téléchargeable
sur la page d'accueil
(2 Go, 1900 pages au format A4)
voir
SOMMAIRE

anthropologieenligne.com : unité de l’homme et diversité des cultures

Chapitre 19


La reconnaissance de la forme humaine :
figures de l'altérité, de la morale et du droit
(les "trente glorieuses" et les trente pleureuses)

IV - 19.1 "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité (suite)

"La langue doit être vulgaire pour porter loin et les mots concerner les mœurs pour toucher à point."
("Le miroir de la fidélité conjugale"
in : L'antre aux fantômes des collines de l'Ouest, sept contes chinois anciens - XIIe-XIVe siècle)
(
Gallimard, 1987)


Les pages qui suivent débattent donc de ces questions où le statut des "sœurs", l'identité, la maîtrise territoriale, la cohérence du monde se déclinent dans un tel langage. La problématique est celle du choc des cultures tel que la seconde moitié du XXe siècle en a été le théâtre, et le terrain les "questions de société" révélées par les évolutions de la communauté française, après la Seconde guerre mondiale, des "trente glorieuses" et des trente pleureuses, telles que la presse nationale des années quatre-vingt a pu en rendre compte. Il s'agit d'abord de remonter des antagonismes aux systèmes – d'identifier, par conséquent, les propriétés formelles des cultures en présence – afin d'en caractériser l'axiomatique. Plusieurs motifs sont ainsi abordés dans cet esprit : celui de la territorialité et du droit au sol ; celui de l'immigration ; celui de la communication et de la reconnaissance du semblable ; celui du conflit des jugements, ou des préjugements, dans cette reconnaissance ; celui du fondement naturel de la morale... L'appréciation du spontanéisme moral de la jeunesse par exemple, par opposition aux fermetures et aux exclusions adultes, introduit, au terme d'une approche régressive où sont examinées les conditions de la reconnaissance dans la cité industrielle, une interrogation sur la nature de la morale. Cette enquête rencontre donc des questions plus générales sur la forme humaine, approchées dans le souci de servir sa ligne directrice – son pas de vis – questions qui excèdent, on le verra – quand bien même on s'y serait frotté avec intérêt – la visée positive de ces pages : Sutor, ne supra crepidam !*



*
Pline, Histoire naturelle, XXXV, 85 : "Ne supra crepidam sutor iudicaret, quod et ipsum in prouerbium abiit". Réflexion, passée en proverbe, du peintre Apelle au cordonnier qui, ayant repris un détail touchant à la sandale d'un personnage, s'était autorisé à faire la critique de la manière dont le peintre avait traité la jambe, et pertinemment opposée par l'Autorité à la spéculation mystique du cordonnier Jacob Boehme. On pourrait appliquer à l'anthropologie à laquelle nous souhaitons souscrire – donnant la préfèrence à la chasse de Pan sur les "grands sujets" – la remarque de La Bruyère, touchant les limites obligées de l'inspiration sous un monarque absolu : “Un homme né chrétien et Français se trouve contraint dans la satire : les grands sujets lui sont défendus ; il les entame quelquefois, et se détourne ensuite sur de petites choses [...]." (Des ouvrages de l’esprit) C'est un idéal de soumission au règne du fait qui bride ici la spéculation.

Ce rappel nous sera l'occasion de justifier la part faite à l'image. Il s'agit moins de reposer l'œil que de rompre avec l'intimidation de la lettre. L'image neutralise l'oblitération (
ob-litterare = quand la lettre annule la valeur faciale). L'effacement du texte, dès qu'une figure paraît, disqualifie la suffisance de l'écrit. Une recherche dévouée à la forme humaine et à l'archéologie des significations peut difficilement n'être qu'un "laïus". À qui lui demandait la bibliothèque idéale, Descartes répondit, désignant le veau qu'il était en train de disséquer : "Voici ma bibliothèque". Mais depuis que la philosophie a rompu avec la science et avec l'expérimentation, l'explication philosophique est, dans le meilleur des cas, lexicale, une leçon de bien dire et de sagesse, non de savoir. Elle s'établit dans l'empire du mot et, de fait, il est indécent d'y représenter. Spécialisée dans la surévaluation spécifique, protestation d'humanité, elle interdit l'objectivation, faisant du verbe un auxiliaire de l'autel. A l'inverse, croyons-nous, pour reconnaître le patrimoine originel (l'opposition et la collaboration du Rituel et du Matériel qui constitue la tension de cette enquête) une double allégeance, à la lettre et à l'image, au sensible et au sensé a-t-elle quelque chance d'être plus fidèle à la double postulation, aux "deux natures" qui caractérisent la forme humaine, "froide argile et feu divin".

L'art musulman est célèbre pour sa calligraphie et son utilisation de l'écriture en tant qu'élément décoratif. Cet investissement de la lettre procède de l'interdit portant sur la représentation de la forme humaine. L'islam (et les religions monothéistes) combattent le culte des « idoles », celles-ci étant généralement représentées par un support matériel. Le « Veau d'or » de la Bible est de cet ordre. Pourquoi cet interdit de la figuration ? Précisément parce que le peintre (ou le sculpteur) se fait créateur. Le producteur d'images se nomme, en arabe, musawwir, terme qui désigne, dans le Coran, le pouvoir générateur de Dieu. Être musawwir signifie donc se poser comme l'égal de Dieu. Les créateurs d'images sont ainsi voués à l'Enfer : Dieu, au moment du Jugement, leur demandera d'insuffler la vie à leurs imitations... Quand Mahomet entre à La Mecque, il détruit les statues des idoles qui se trouvent dans la Ka'ba. Cette fidélité à la loi de l'Ancien Testament : "Tu ne feras point d'image taillée, ni rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre" (Exode, 20, 4) peut sembler infirmée par la miniature. Mais celle-ci s'écarte de l'imitation – de la vie – en rompant avec la perspective et le modelé – de même que la figuration juive, tardive, distingue l'entaille du relief... L'interdit de l'image manifeste le pouvoir de l'image.


Visage formé des noms Allah, Mohammed, Ali, Hassan, symétriquement répétés.


Faucon dessiné à l'aide de l'invocation :
"Au nom de Dieu clément et miséricordieux".

Quand l'emprise du mot limite l'accès au sensible, l'image est ouverte à tous les vents et à tous les esprits. Elle se passe de commentaire, dit-on banalement. S'attacher à l'image, c'est en effet prendre en compte le fait que l'image et l'écrit mettent en œuvre des "logiciels cérébraux" spécifiques (comme il a été rappelé au chapitre 18.1 : le territoire de la langue) et que celle-ci entretient avec l'émotion des relations privilégiées. Nous souvenant de l'apostrophe de Baudelaire à ceux que la caricature ennuie (et que le vulgaire désole), "charlatans de la gravité, cadavres pédantesques sortis des froids hypogées de l'Institut et revenus sur la terre des vivants, comme certains fantômes avares, pour arracher quelques sous à de complaisants ministères" [!], nous retiendrons aussi que la dérision laisse le rieur sans raison (vide supra : chapitre 12 : La chimie du rire). Quand le mot est une présence-absence qui tire sa valeur de l'arbitraire du signe, une présence formelle, l'eidôlon (le simulacre) est une présence vivante – qui tient à distance quand c'est une caricature, qui pétrifie quand l'imitation fait basculer le simulacre en réalité. L'image est une idole (une “bouche qui ne parle point”, des “yeux qui ne voient pas”, des “oreilles qui n'entendent pas”, des “narines qui n'ont point d'odorat” – Psaume 115). C'est son message immédiat, non analytique, qui nous retiendra ici : la spécificité de ce message qui se comprend sans analyse (à tout le moins avec d'autres outils que l'analyse). Ce double mouvement, donner à voir et donner à penser, répond à la nature même de l'"information", matière première du dossier ici présenté.

Le rapprochement du texte et de l'image marque une opposition phénoménologique et ontologique. Une même visée, représenter, peut mobiliser des artéfacts différents. L'image est une image, un analogue de la chose représentée quand le texte vise la chose représentée par un substitut qui récuse l'analogie. La révolution numérique a commencé bien avant que l'on s'avise de représenter l'information par signaux binaires (traités par les composants électroniques des ordinateurs) conformément à l'algèbre de Boole. Le signe linguistique, en effet, à l'inverse de l'image, dénie toute relation substantielle avec la chose. C'est la convention, la création d'un monde hors du monde, la médiation du signe qui permettent de représenter le monde linguistiquement. Une image fait le tour du monde quand un texte doit être traduit, car la convention linguistique spécifie des isolats humains – qui se babélisent à leur tour quand ils essaiment. Les deux modes de représentation peuvent être successifs, comme en égyptien où l'écriture hiéroglyphique montre une évolution du pictogramme au phonogramme, ou coexister, mais ils sont fondamentalement différents : on donne à voir par ressemblance (analogie), on commente à travers un système d'oppositions (substitution).
- La visée linguistique déréalise le pictogramme, l'imitation est indépendante du phonogramme ;
- le pictogramme peut être épelé de diverses manières : tel un espéranto graphique, il est reconnu par des locuteurs qui ne se comprennent pas ;
-
l'image est immédiate, la phrase est séquentielle ;
- l'image est immédiatement "parlante" ("il ne lui manque que la parole" – et pourtant, comme le remarque Segalen, le pictogramme
"dédaigne de parler [...] il signifie, il est"), le phonogramme signifie avec truchement ;
- la séquence filmée copie l'action, la séquence de la phrase n'imite pas la séquence de l'action ;
- l'image n'est pas opposable (elle ne peut être contredite), toute phrase est propositionnelle ;
- comme l'exprime le slogan d'un magazine pionnier de la photographie (
VU, qui publia six cents numéros de 1928 à 1940) : "le texte explique, la photo prouve", anticipant cet autre, avant le déferlement de la télévision : "Le poids des mots, le choc des photos".

La langue, bien entendu, la langue littéraire spécialement, peut mobiliser l'émotion et faire vivre la scène représentée comme si l'on y était... Mais sa philosophie distante, sa médiation, imite en récusant la distance fondatrice de la signification, en "fin de course", en ayant recours à l'analogie, à la prosodie, à la métaphore. Les mots ne sont pas des images, quand bien même ils s'y emploient. Il faut décoder. La magie de l'image, comparée à la magie de la lettre, tient sans doute à son immédiateté et à son traitement cérébral spécifique : voir, c'est faire. Les recherches mobilisant les techniques de l'imagerie cérébrale ont en effet montré une identité relative des représentations mentales et des actes. Observée, anticipée ou effectuée, l'action s'affiche presque identiquement. Certains neurones, dits "neurones miroir", émettent des potentiels d’action au simple spectacle d'un semblable réalisant cette action. La représentation mentale repose sur les mêmes mécanismes que la préparation motrice. Visualiser une expérience est susceptible d'engendrer des réactions comparables à l'expérience elle-même, sur le système endocrinien notamment. L'image mentale peut ainsi engager des effets physiologiques quantifiables. On a pu évaluer l'augmentation de la résistance musculaire conséquente à l'entraînement mental d'un geste (comparé à l'entraînement physique), déterminant une forme de suggestion dont les conséquences physiologiques sont mesurables (les mécanismes de cette interaction restant largement inconnus).

La réception de l'image et la capacité à générer des images mentales ne sont pas strictement assimilables, mais la mise en vedette du canal visuel (dans l'empathie, la contagion émotionnelle, l'imitation, l'apprentissage...) est essentielle pour comprendre la puissance de l'image et pour évaluer le destin respectif de l'image et du texte. L'activité des "neurones miroirs" a d'abord été mise en évidence chez les primates. Le fait que l’aire cérébrale concernée (F5) corresponde à l’aire de Broca chez l'homme suggère une même implication des neurones miroirs dans la communication interindividuelle, qu'elle soit gestuelle ou verbale, et permet d'estimer la fortune propre, spécifiquement humaine, de la communication langagière. On retiendra ici que cette réverbération de l'image, en pouvoir de transporter dans l'action, de transporter l'action, d'"exfiltrer" le spectateur malgré lui, d'imposer la présence de l'autre... témoigne d'une reconnaissance qui précède la connaissance. L'image révèle le substrat neuronal de la reconnaissance du semblable, ici questionnée.


Une conséquence, banale et nécessaire, de cette rencontre d'hommes qui compose la cité industrielle, nous l'avons noté, est l'élargissement du champ de la moralité et du droit aux limites de l'espèce. L'organisation sociale qui autorise cette rencontre s'est mise en place en brisant les fermetures des écosystèmes traditionnels : - ouverture économique, contre le protectionnisme des échanges ; - ouverture morale, contre l'intégrisme culturel de la forme humaine ; - ouverture matrimoniale, contre le contrôle social de appariements. Dans l'environnement produit par cette émancipation, l'indépendance (idéale) de l'individu par rapport à la famille, de la femme par rapport à l'homme, de la sexualité par rapport à la reproduction, propriétés d'une société libérale, matérialiste et technique, revêt une valeur sélective en donnant un sens social aux potentialités individuelles et aux comportements de liberté. L'idéologie de la société libérale se singularise par une indifférence fonctionnelle (idéale) à l'étranger et ce fait, dont l'idéal-type de l'entrepreneur est à la fois l'expression et l'acteur, est à l'origine immédiate du déplacement de populations étrangères vers les mégalopoles occidentales et, nécessairement quoique médiatement, de leur intégration dans la sphère juridique et morale de ces sociétés – l'esclavage ayant répondu à une demande de main-d'œuvre de ces mêmes intérêts aujourd'hui convertis au libéralisme. ("Sans esclavage, argumente Marx, vous n’avez pas de coton, sans coton vous n’avez pas d’industrie moderne. C’est l’esclavage qui a donné la valeur aux colonies, ce sont les colonies qui ont créé le commerce du monde, c’est le commerce du monde qui est la condition nécessaire de la grande industrie mécanique.") On partira ici de "faits de société", expressions du racisme ou de l'intolérance (on s'intéressera donc, en priorité, à l'explicite plutôt qu'aux retenta) pour aller aux dispositifs qui soutiennent – ou qui condamnent – ces jugements et ces actes, afin d'identifier les voies et les limites de la reconnaissance du semblable.

Comment l'économie, cette économie ayant les groupes industriels pour acteurs et les salariés – nationaux et immigrés – pour agents, engendre des conséquences culturelles et morales indifférentes à son objet ; comment les "acteurs passifs" de cette économie vivent la cité industrielle cosmopolite ; comment l'homme reconnaît l'homme, telles seront les questions liminaires de cette enquête qui prendra donc pour premier objet des manifestes d'exclusion. Après avoir identifié ces logiques de l'exclusion, l'enquête s'intéressera aux logiques de l’inclusion, relayées et ritualisées par la morale, qu’on peut voir naturellement à l’œuvre chez le jeune. Ce spontanéisme moral – un bien fait sans penser à bien – fait apparaître les cultures comme des systèmes de restriction de la reconnaissance, des pseudo-spéciations (ou simili-spéciations) : c’est la reconnaissance qui est facile, c’est la méconnaissance qui doit être éduquée. L’universel de moralité – l'hypothétique invariant qui justifie l'enquête – les faits considérés constituant une manière de protocole expérimental – reposerait sur un dispositif d’ouverture conspécifique non bridé.

*

Le propos d’analyser d’hypothétiques logiques de l’exclusion (ces contraintes de la “nature humaine” qui offensent et qui contrarient le dessein moral de la modernité) comporte un premier objet critique, celui d’avoir à distinguer la vulgarité. Distinguer la vulgarité, c’est-à-dire la faire distincte quand nous préférons ne pas trop la voir ; lui trouver sens quand elle nous paraît largement inintelligible ; et, en quelque manière, lui rendre justice quand elle est injustifiable. Pour présenter ce sujet, nous prendrons donc d’abord l’excuse d’un conte traditionnel chinois qui énonce : "La langue doit être vulgaire pour porter loin et les mots concerner les moeurs pour toucher à point" et nous nous ferons une caution de ce constat porté, en 1936, par Julien Benda : "C’est la rançon d’une éducation rationaliste de nous rendre étrangère à peu près toute l’espèce humaine ". Constat qui est le précipité de notre cause, en réalité. Cette recherche rencontre en effet une sorte de point aveugle de la modernité : un nécessaire aveuglement répondant à sa cohérence propre et à son accomplissement. Un exemple stratégique de cet embarras a précisément l’appréhension de manifestations d’exclusion pour raison. Cet exemple, auquel nous ferons référence, en guise d'à propos, pour sa valeur de paradoxe et qui mériterait de devenir une question d’école de la sociologie politique et de son art de la prévision, c’est l’échec des sondages électoraux à créditer l’extrême-droite de ses voix. Si, malgré les correctifs en majoration systématiquement appliqués aux intentions de vote avouées en faveur de J.M. Le Pen, la science politique ne sait en estimer la progression, c’est que le concept de ce crédit lui fait défaut. Nécessairement, puisque cette progression est une régression. La modernité veut un homme ayant intégré l’étrangeté de la différence (somatique, raciale, morale ou culturelle) dans le spectre de la variabilité individuelle : le mal n’y peut avoir forme humaine. Et ce, en contradiction avec l’exclusivisme que les sociétés, dans leur généralité, cultivent chez leurs membres. En montrant la relation d’un tel a priori avec l’exercice de la modernité, il est possible d’évaluer – retour critique à la loi commune – les succès de l’extrême-droite avec la crise, matérielle et morale, de son axiomatique (et il était possible de prévoir, par exemple, le score de J.M. Le Pen au premier tour des élections présidentielles de 1988, puis celui des présidentielles de 2002).

Ce sont quelques-unes de ces expressions (qui révèlent la permanence et la cohérence – fussent-elles inavouables – de ces contraintes de la "nature humaine") qui seront présentées ici, l'objet étant d'identifier, dans une démarche régressive, les constituants de la reconnaissance. S'agissant des déclarations ou allusions antisémites de l'extrême-droite et de son principal leader, septembre 1987, date du "détail" de l'extermination des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, sera la limite chronologique de l'enquête, cette profération rendant à peu près inutile la recherche de preuves dans le double discours et constituant une ratification des intérêts révélés par ce type d'idéologie.

Une expression clandestine du manifeste d’exclusion : le graffiti

Soit un objet anthropologique que sa banalité ou son indignité rendent a priori impropre à la consommation intellectuelle : ces inscriptions, admonestations, dénonciations ou proclamations qu’on peut lire sur les murs des lieux publics. Soit le corpus constitué par l’ensemble des graffiti relevés en mars 1982 dans une dépendance de la bibliothèque générale de la Sorbonne. On peut retenir ce lieu – ce haut lieu – non seulement pour sa valeur symbolique, mais aussi parce qu’il faut posséder une carte d’étudiant pour y pénétrer et que cette condition définit une population intellectuelle et donne une information indirecte sur les auteurs anonymes de ces professions de foi clandestines. Les slogans, injures, certitudes assassines, voire espérances criminelles en cause composent sans doute un portrait singulièrement mutilé de la forme humaine et l’on tient habituellement et justement ce type d'expression comme le défoulement d’une minorité imbécile que neutralise le jeu des institutions. Mais il n’est pas indifférent que le lieu privilégié de cette vidange d’insanités soit une manière d’isoloir et que la revendication de cette littérature se trouve au cœur du débat politique de la période concernée. Si une élection peut être un "défoulement", soit une sorte de régression sans lendemain, comme on a pu le dire à propos du score obtenu par le Front National aux élections européennes de juin 1984, force est de constater qu’il est des régressions pleines d’avenir.

Des catachrèses (figures mortes) pleines de vie : l'échelle des valeurs des positions, activité et passivité

Un trait récurrent de ces manifestes secrets qui, souvent, clament par les moyens les plus frustes une urgence vitale, c’est l’inculpation de la différence et la protestation d’identité et c’est le recours, idéal et répétitif, à une violence corporelle qui vise à nier l’autre dans son identité et spécialement dans son identité sexuelle. La première cohérence de cette logique de l’exclusion se construit ici sur une impulsion du corps en prise avec l’identité archaïque, impulsion requise ou provoquée quand paraît s’éprouver une perte de contrôle des constituants fondamentaux de la personne (maîtrise et reproduction de l’identité, des images et des rites) ou une incapacité à faire jouer les clauses de la dominance naturelle (souveraineté élémentaire du “chez soi ”).

Pour évaluer ce naturel auquel nous entendons faire exception – le “progrès de la conscience” est un regrès de la vérité corporelle – et pour estimer ce principe, qui fait partie de nos évidences sociologiques, qui condamne la dépréciation, la dérision, l’exclusion de la différence, nous donnerons ci-après un court florilège composé d'exemples de cette guerre somatologique empruntés, non à l'antiquité classique (vide supra : sur la comédie d'Aristophane, Rire et démocratie, chapitre 7), mais à l'actualité profane et qui prospère sur cette identification de la différence et du mal qui constitue l’interdit moral majeur, banal et éminent, de la modernité.


"Les positions respectives de la Chine et du Japon."
(Littéralement: la position véritable, ou correcte)
Teng et Tanaka. Caricature de Noda Akihito (Shûkan Bunshun du 28 octobre 1982).

Whitelaw (William, vice-premier ministre de Margaret Thatcher) versus...


Tomi Ungerer
Black Power, White Power, USA, 1967

– Une proposition de loi devant le parlement britannnique, présentée à la fin de l'année 1982, opère une distinction significative entre l'autochtone qui épouse une étrangère et l'étranger qui épouse une autochtone. Elle accorde la citoyenneté britannique à la première, mais la refuse au second. On pourrait, conformément au code précédemment rencontré, formuler cette proposition dans les termes suivants : un britannique qui épouse une étrangère, c'est une extension de la souveraineté, une victoire de la Grande-Bretagne sur l'étranger ; un étranger qui épouse une britannique, c'est un morceau de la mère-patrie qui vient à échapper au contrôle des nationaux. Il va sans dire que le problème se pose en termes différents selon que l'étranger en cause est citoyen des Etats-Unis ou originaire des anciennes colonies. (Dans le même esprit, un musulman peut épouser une juive ou une chrétienne, mais une  musulmane ne peut épouser qu'un musulman, vide infra : 21.3). Cette proposition de loi doit s'apprécier dans le cadre général de la nouvelle définition de la citoyenneté à trois classes, selon la naissance géographique. Sanctionnant l'échec de la société pluriraciale voulue par les travaillistes, elle avait pour objet de protéger la métropole d'une "colonisation à l'envers". Ce qui est en question ici, c'est un mariage sans réciprocité, une alliance inégale. Ceci n'est pas sans rappeler l'intention de la loi de Périclès de 451 qui visait à empêcher le partage des privilèges attachés à la citoyenneté. Les mariages aristocratiques entre les cités ou l'épigamie athénienne étaient des alliances d'égaux. ("Lorsque le roi d'Egypte envoya au peuple un présent de quatre mille médimnes de blé et qu'il fallut en faire le partage aux citoyens, une foule de procès furent, en vertu de cette loi, intentés aux sang-mêlé qui, jusqu'alors, passaient inaperçus et échappaient à l'attention." - Plutarque, Vie de Périclès, 37.4) C'est aussi une opposition de principe entre le choix d'un citoyen et le choix d'une citoyenne.

..."Black power" :

– La seconde proposition (relevée à la Sorbonne, ainsi que celles qui suivent, sauf mention contraire) est symétrique à celle qui vient d'être examinée. Elle en "confirme", en quelque sorte, le bien-fondé (c'est ainsi que les conservateurs britanniques l'entendraient). Elle énonce :

"Petits blancs, nous baisons vos femmes ; vous vous baisez entre vous."

L'auteur de ce constat n'a pas écrit : "Petits blancs, vous vous baisez entre vous ; nous baisons vos femmes", car la relation de conséquence est la suivante : "Parce que nous baisons vos femmes, il ne vous reste qu'à vous baiser entre vous". Ces deux propositions supposent l'évidence d'une endogamie nationale et raciale qui est au cœur – ou au ventre – de notre sujet.

On aurait pu présenter ce type d'opposition, plus simplement, par l'exemple suivant sur lequel nous reviendrons : "II faut couper les couilles aux Arabes qui manifestent !" (Général Sharon, cité dans le Monde du 7 janvier 1983)


Poncifs d'imprécation : Florilège

Bretons = racistes orgueilleux anti-français
Parisiens = racistes orgueilleux anti-bretons

Berbère = barbare. Sa culture: tatouage et tabac à priser dont il a sali tout Alger
Berbère veut dire homme de noble race, loyal, généreux, franc, réfléchi,
et ce n'est pas ton cas, espèce de rat

Les fachos sont des cons et des pédés
Les gauchos sont des cons et des pédés


Pas de Juifs à la Sorbonne
Vive la S.F.I.O.

L'antisémitisme est une réaction de légitime défense face au racisme juif
(signé: Jean-Paul II)

Oh! Arabes écrivez ce que vous voulez. Vous baisez trop vos femmes, vous faites des enfants
et vous venez vider nos caisses de Sécurité Sociale.
L'Arabe baise et nous Français nous payons

La France est une bite juive

Paris désespoir

A bas la moutarde
Vive la mayonnaise

Israël vaincra
Palestine vaincra


France profonde
L'an 2000, 300 millions d'Arabes.
Les Françaises n'auront plus de problèmes. Il y aura autant de maris que de baiseurs.
Il n'y aura plus de déficit démographique de la population française. C'est le boom!

Les juifs gouvernent le monde au nom du libéralisme une fois. Au nom du marxisme, une autre fois.
Mais, en réalité, ils appliquent une philosophie du mal.
(relevé en mai 1987)

Les Marocains baisent les Sahraouis
Oui mais les Algériens baisent les Marocains

Bande de névrosés

Bretons = Celtarabes

Halte à la subversion juive dans le monde
Masturbe-toi ça te passera

Merde aux Francsmaçons puants et destructeurs

Hier schreibe eine intellectuele Elite

Juifs européens hors d'Israël

P.D. passifs châtrez-vous!

Le Tunisien est une race qui baise toutes les races

La France aux Français
Et ta soeur aux Arabes!

Marchais = la pute de Moscou

Je suis pédé pourquoi pas toi?
Parce qu'il faut aimer la femme

Berbères = sauvages
La France aux Arabes !

Euthanasie pour les nazis

Pour jouir de l'existence il n'y a qu'un secret:
il faut se défoncer raide, raide
Imbécile! il ne faut pas se défoncer mais enfoncer

Blum à Moscou
Juifs = Arabes sémites

J'aime me faire pisser dessus. Donner RDV
Cherche mec sympa pour me torcher le cul

Juifs et Arabes
sortis d'une même putain
= Ta mère!

Vive Le Pen, Bayonne et les Basques E.T.A.

Gauchos, métèques, pédés dehors

Je préfère les chiottes mixtes
Moi aussi.
Mais à lire les graffiti on deviendrait presque P.D.

Race pure mon cul. Il y a longtemps que le sperme sorti du pénis circoncis féconde les Françaises
Les juifs errants assassinent les autochtones : Weil (sic), Fabius, Faure, Chaban-Delmas

Mon seul contact physique est avec la police

Mort aux morts !

Nous Israéliens, un jour nous dominerons le monde. Tous les hommes seront à notre merci

Se demander si le Français est sale, cela revient à se demander si le pape est catholique

Mort aux Franculés (= Français)
Vive Le Pen

A bas les hauts et en haut les bas

Punks = éjaculateurs précosses
(sic)

Au-dessus de ma chambre vit un couple de Français. Devine ce que j 'en sais.
Le gars baise sa femme chaque soir à heure fixe (22 h 30 - 32). Durée des ébats: 2 mn.
Depuis un mois, j'ai pris la pauvre en charge. Je la baise pendant deux heures.
"Le Français est con" m'a-t-elle avoué, avant de préciser:
"II ne baise pas, il arrose le persil". Moralité: l'immigré rend d'immenses services. Quel raciste l'eut cru?

A bas l'impérialisme culturel Français!
Raciste!

Espèce d'imbécile, interprète-le comme tu veux. Tu ne peux pas comprendre que devant les vexations,
l'acculturation forcée, l'exploitation, l'aliénation mentale, morale et physique que subit l'opprimé une telle réaction est prévisible.
De toute manière ce n'est que le début. Vous assisterez encore une fois à l'accomplissement,
pardon, je veux dire à l'accentuation de la loi de Tocqueville.
Prochainement, avant de répondre, adonne-toi à une légère pratique discursive.
Encore une fois, vive l'Afrique libre! Vive l'Afrique aux portes de la praxis!
Un Africain

Alors, pourquoi utilises-tu des concepts non-africains?

Imbu d'égocentrisme, d'ethnocentrisme et d'ignorance, tu oublies que je n'ai fait que traduire ce concept
qui existe également dans mon ethnie pour te le faire comprendre.

Élargissement du périmètre d'enquête (quelques centaines de mètres ou quelques milliers de kilomètres : même valeurs - extraits) :

Je me suis fait enculer par Mourousi
Ce n'est pas une référence.
Il ne sait pas bien choisir les garçons! [Bibliothèque Sainte-Geneviève]

Blancs = cochons grattés
Le blanc pue comme un blaireau [S.G.]

Noirs = singes habillés
Noir = SIDA [S.G.]

Trop de youtres milliardaires en France

Compte tenu de l'agression verbale et provocatrice des homosexuels dans les chiottes,
nous, majorité silencieuse hétéros,
exigeons la fin immédiate de la dictature des homosexuels.
[S.G.]

Je pèse mes mots: ce qui est dangereux ce sont les Juifs :
- pourris
- racistes (oui)
- opportunistes
- égoïstes
[S.G.]

Chirac est Turc, le saviez-vous ?
[S.G.]

J.H. 25 ans, masturbateur et sourd.
Ne cherche personne.
[S.G.]

A bas l'homosexualité, facteur de déstabilisation. Vive le SIDA!
Si tu n'aimes pas ça n'en dégoûte pas les autres pôvre hétéro! [S.G.]

A bas le P.C.
Vive le P.C. [S.G.]

J'ai le SIDA et je l'ai étalé sur ce siège
[S.G.]

Arthur Martin pour réussir vos petits youpins [S.G.]

L.A. Doggers [sic, pour Dodgers] suck! [Université de Berkeley, Moffitt library, 1981]

Arabs suck [id.]

PENIS is BAD [id.]

Legalize canabis [sic]
Poor K.K. he could not fuck in his holidays
[id.]


La plupart de ces énoncés ont même structure et même fin : ils visent la réassurance de l'identité par la négation d'une autre identité perçue comme incarnation de l'infériorité ou du mal. Le propre du graffito en cause est souvent de susciter sa négation dans une proposition converse. Il engendre une négation symétrique (les énoncés "humoristiques" ont une forme identique pour un contenu dérisoire : opposition de la moutarde et de la mayonnaise). Ces énoncés qui formulent et appellent la dégradation ou l'anéantissement de l'"ennemi" sont des soliloques. La négation de l'identité de l'autre a pour propre et pour prix le retour de cette négation. Les haines sont toujours perpétuelles. (On pourrait les classer, formellement et superficiellement, en quatre catégories, selon qu'ils mettent en scène une opposition simple ou profane – "A bas le P.C." "Vive le P.C." –, une opposition à caractère raciste, une opposition à caractère sexuel ou une opposition à caractère raciste et sexuel.)

Plan du dossier :

19.1 Exorde
19.11 "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité : relevé des grafitti de la Sorbonne, mars 1982
19.2 Variations sur le prochain
19.3 Quand la théorie de la société est la théorie du marché
19.4 Les "30 glorieuses" et les 30 pleureuses
19.5 De Tati à Tati
19.6 Gradations dans l'expression de l'allophobie et dans son aveu
19.7 Territoire, proxémie, proximité : le proche et le lointain
19.8 Appartenance commune
19.9 Guetteurs au créneau
20.1 Othello, ou la tragédie de l'apparence
20.2 Phénotypes et stratification sociale : la naturalisation du droit
21.1
L'empire de la liberté : la techno-structure par l'exemple, neutralisation des fonctions et des genres
21.2 Loi du renouvellement technique et conséquences...
21.3 Hormones et territorialité : la dominance à l'épreuve de la valeur morale de la différence
21.4 L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (1) : liaisons
21.5
L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (2) : déliaisons
21.6 Logique du vivant, morale du vivant
21.7 Médialangue et culture-jeunesse, distance réfractaire et période réfractaire





Rechercher dans :
http://www.AnthropologieEnLigne.com