Accueil
Madagascar
Réunion
Copyleft : Bernard CHAMPION
1 Éléments d'Anthropologie du Droit
Avant-propos : Philippe LABURTHE-TOLRA Doyen honoraire à la Sorbonne
Préface :
Norbert ROULAND Membre de l'Institut Universitaire de France

présentation avant-propos préface introduction plan
index analytique références table illustrations
1- Le souverain juge
2- “Pourquoi le sang de la circoncision...”
3- Dessin du dessein
4- “Authentique ! sans papier !”
5- L’“Âme du Mil”
6- “Il faut se battre pour la constitution...”
7- Rire et démocratie
8- Sur l’innovation
9- La “culture des analgésiques” et l’individualisme
10- Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion”
11- Du mythe au roman, de la Patrie à la Filisterie
12 - La chimie du rire : 1
13
- Quelques données sur la prohibition de l’inceste

14- Morale et handicap
15- Le juge, de quel droit ?
16- Droit au sol et mythes d'autochtonie
17- Habiter, cohabiter : sur l’exemplarité
18- Le territoire de la langue : les deux natures
19- Enquête sur la forme humaine : 1
20- Enquête sur la forme humaine : 2
21- Enquête sur la forme humaine : 3


présentation
PROCHAINEMENT :
une présentation raisonnée des pages WEB
qui composent ce site
sous forme d’un ouvrage électronique téléchargeable
(350 Mo, 1719 pages au format A4)
voir SOMMAIRE

anthropologieenligne.com : unité de l’homme et diversité des cultures


english version:

Chapitre 12

La chimie du rire :

sur la sagesse vitale

IV - 12.1

“L'argumant du Ris est si haut et profond, que peu de philosophes y ont attaind,
et nul ha gagné le pris de l'avoir su bien manier.”

Laurens Joubert
Traité du Ris,
contenant son essance, ses causes, et mervelheus effais,
curieusement recerchés, raisonnés & observés.
(1579)
Traité du Ris…
Laurens Joubert
(1579)


Le présent développement a pour objet le commentaire d’un savoir empirique illustré par des expressions qui associent le rire à la sagesse vitale (“Un cœur joyeux guérit comme une médecine, un esprit chagrin dessèche les os” ; “Cœur joyeux est vie pour la chair” ; “L’allégresse de l’homme prolonge ses jours” - Proverbes, XVII, 22 ; XIV, 30 ; Ecclésiaste, XXX, 22) et à l’insensibilité : “Mieux vaut en rire pour ne pas en pleurer”.

- Il est construit sur l’argument que, lorsqu’on emploie une telle expression, on décrit, en réalité, un processus qui ne répond pas seulement à une disposition d’esprit, mais à un mécanisme émotionnel réflexe d’adaptation au réel qui a, paradoxalement, le refus du réel pour principe.

- Il souscrit à l’hypothèse que le rire peut être compris dans la continuité des moyens dont l’organisme dispose pour faire face au danger quand ce danger se révèle immédiatement sans danger (“quelque laideur ou quelque défaut qui ne cause ni peine ni frayeur” dit Aristote, donnant en exemple le masque de la Comédie) – spécifiquement, on le voit par cette citation, quand il s’agit de faire face à la déformation ou à la difformité de la forme humaine et que l’efficacité de cette dénégation a l’anesthésie pour principe, selon des voies qui peuvent être décrites par la neuropsychologie.

- Il pose que cette dénégation réflexe et récréative, cette plaisante insensibilité, recouvrant une formation neurale associée à l’économie du contact et de la grégarité (le rire provoqué par le chatouillement), est en mesure de faire apparaître l’unité des diverses modalités du rire (expertise spontanée et marque de connivence) dans leur fonction d’adhésion à différents cercles de proximité, cercles pouvant être constitués par un duo, une bande, un parti, une ethnie... l’humanité. Le rire est ici compris tel un “embrayeur” permettant de reconnaître le semblable et de faire corps avec lui. Bien que, dans une perspective évolutive, le rire n’apparaisse pas comme le “propre de l’homme”, le rire sémantique (qui constitue la matière première de ce dossier), expression d’une vérité conspécifique culturellement déclinée est bien, lui, le propre de l’homme, puisque c’est l’homme qui reconnaît l’homme.

- Il fait valoir que cette dénégation, endocrine et exocrine, à usage interne et externe, individuel et public a pour effet et pour objet de tenir le réel (la contradiction) à distance et de réaffirmer l’allégeance du rieur à son monde de certitudes et à son cercle d’appartenance : à sa vérité et à sa société. Bien que le rire soit inné et universel, comme l’observe Darwin (1877 : 210 et 222-3), l’exercice de ce réflexe d’agrégation n’est pas précisément œcuménique – il s’en faut. Le propre de l’homme fait le plus souvent voir l’homme tel un être singulièrement exclusif...


Les rubriques qui le composent tentent donc de répondre aux deux questions suivantes :
“Le rire, comment ça marche ?”
“Le rire, à quoi ça sert ?”
et d’articuler le “comment” et le “pourquoi”.


Plan du chapitre :

IV - 12.1 Introduction
IV - 12.2 Le rire et la reconnaissance de la forme humaine
IV - 12.3 Le rire comparé aux états émotionnels causés par la surprise
IV - 12.4 Une peau de banane sémantique Une présentation en diaporama
IV - 12.5 La théorie du rire de Giambattista Vico
IV - 12.6 “Nous bricolons dans l’incurable” (Emil Cioran)
IV - 12.7 Le rire et la reconnaissance de la forme humaine (bis)
IV - 12.8 “Il n’y a pas à pas à dire, quand on parle, ça découvre les dents” (Francis Ponge)

... /...

(Repris et développé d’une thèse de doctorat d’État soutenue en 1989 à la Sorbonne - op. cit.)




Rechercher dans :
http://www.AnthropologieEnLigne.com