Accueil
Madagascar
Réunion
Copyleft : Bernard CHAMPION

1 Éléments d'Anthropologie du Droit
Avant-propos : Philippe LABURTHE-TOLRA Doyen honoraire à la Sorbonne
Préface :
Norbert ROULAND Membre de l'Institut Universitaire de France

présentation avant-propos préface introduction plan
index analytique références table illustrations
1- Le souverain juge
2- “Pourquoi le sang de la circoncision...”
3- Dessin du dessein
4- “Authentique ! sans papier !”
5- L“Âme du Mil”
6- “Il faut se battre pour la constitution...”
7- Rire et démocratie
8- Sur l’innovation
9- La “culture des analgésiques” et l’individualisme
10- Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion”
11- Du mythe au roman, de la Patrie à la Filisterie
12- La chimie du rire
13- Quelques données sur la prohibition de l’inceste
14- Morale et handicap
15- Le juge, de quel droit ?
16- Droit au sol et mythes d'autochtonie
17- Habiter, cohabiter : sur l’exemplarité
18- Le territoire de la langue : les deux natures
19- Enquête sur la forme humaine : 1
20- Enquête sur la forme humaine : 2
21- Enquête sur la forme humaine : 3-21.3


présentation
PROCHAINEMENT :
une présentation raisonnée des pages WEB
qui composent ce site
sous forme d’un ouvrage électronique téléchargeable
(350 Mo, 1719 pages au format A4)
voir SOMMAIRE

anthropologieenligne.com : unité de l’homme et diversité des cultures


Chapitre 21

La reconnaissance de la forme humaine :
figures de l'altérité, de la morale et du droit
(les "trente glorieuses" et les trente pleureuses)

Plan du dossier :

19.1 Exorde
19.11 "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité : relevé des grafitti de la Sorbonne, mars 1982
19.2 Variations sur le prochain
19.3 Quand la théorie de la société est la théorie du marché
19.4 Les "30 glorieuses" et les 30 pleureuses
19.5 De Tati à Tati
19.6 Gradations dans l'expression de l'allophobie et dans son aveu
19.7 Territoire, proxémie, proximité : le proche et le lointain
19.8 Appartenance commune
19.9 Guetteurs au créneau
20.1 Othello, ou la tragédie de l'apparence
20.2 Phénotypes et stratification sociale : la naturalisation du droit
21.1
L'empire de la liberté : la techno-structure par l'exemple, neutralisation des fonctions et des genres
21.2 Loi du renouvellement technique et conséquences...
21.3 Hormones et territorialité : la dominance à l'épreuve de la valeur morale de la différence
21.4 L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (1) : liaisons
21.5
L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (2) : déliaisons
21.6 Logique du vivant, morale du vivant
21.7 Médialangue et culture-jeunesse, distance réfractaire et période réfractaire


IV - 21.3 Hormones et territorialité :
la dominance à l'épreuve de la différence


Morale et "panmixie"

Conséquence banale de la culture-jeunesse et "scandale majeur" (selon la publicité d'un livre consacré aux "mariages mixtes", parue dans le Monde du 4 octobre 1985) pour une certaine morale adulte elle s'exprime naturellement, en toute innocence : sans penser à bien, dans la mixité raciale. Une journaliste du Nouvel Observateur a "voulu savoir ce qu'inspirait aux Parisiens la petite main jaune Touche pas à mon pote". Dans le numéro du 1er mars 1985, elle rapporte les réactions suivantes : "Dans le métro, les vieux Arabes coulent un œil oblique vers le badge, puis me détaillent discrètement de la tête aux pieds. Les jeunes Arabes me jettent des demi-sourires ambigus" [...] "Alors, vous êtes contre le racisme ? Moi aussi. C'est normal, remarquez, étant moi-même d'origine congolaise. Je me félicite qu'une belle femme comme vous manifeste publiquement sa position sur la question. Mais, dites-moi, vous qui êtes anti-raciste, j'aimerais vous poser une question : est-ce que vous avez déjà fait l'amour avec un homme de couleur ?" Voilà bien une question de "vieux" au regard de la culture-jeunesse qui ne connaît que des égaux [des personnes], mais qui met en évidence la valeur déterminante accordée à la relation sexuelle dans l'épreuve de moralité raciale : en situation d'inégalité. Porté par une femme blanche, le badge est alors perçu comme une invitation sexuelle ou, à tout le moins, comme la volonté d'afficher une solidarité avec l'immigré qui envisage sans difficulté le principe du métissage – tant par celui qui condamne de telles relations que par celui qui voit là un bon augure à ses propositions ("Le badge permet aussi toutes sortes d'intros à la drague") ou l'occasion d'une mise à l'épreuve intéressée. Le reportage ne s'achève d'ailleurs pas sur la mention de cette avance sexuelle, ce qui reviendrait à lui donner valeur de conclusion, mais sur un clin d'œil qui donne un autre esprit à la fesse : "Puis un mec m'a souri par-dessus son Libé. Un sourire complice. Il a fait gracieusement volte-face et a tortillé des hanches : sur sa fesse droite, le badge".

Le slogan "Viens prendre ton pied avec mon pote" (pour le contexte de cette invitation vide supra) n'est évidemment pas dépourvu de signification sexuelle, mais, enrobé de musique et de camaraderie, le sexe a pour lui l'évidence du bon droit et de l'humanité. Symbolisée par le "nom magique" (Le Monde du 18 Juin 1985) de son président, alliance de la musique noire (Harlem) et de l'appétit universel (Désir) (Harlem Désir, né d'un père martiniquais et d'une mère alsacienne : "Harlem est le prénom unique donné par M. Désir à son fils – 'beige foncé' – 'en hommage à une diaspora noire à laquelle il se sentait appartenir'" (Le Monde du 19 août 1987), la fête de S.O.S. Racisme démontre la valeur de liaison et de pacification d'une vitalité juvénile orchestrée par la pulsation de sa réjouissance.

La reconnaissance sexuelle, condition symbolique ou sanction de l'égalité ; le monopole ou la suprématie sexuelle, condition symbolique ou sanction de la supériorité, c'est là un thème que nous avons déjà rencontré. Ce thème suppose deux groupes d'hommes, d'intérêts concurrents, animés d'une volonté, même et contraire, de perpétuer ou de renverser une domination symbolisée par le contrôle des "sœurs". Cette guerre requiert des conditions qui sont absentes de la culture-jeunesse :
- Une adéquation du statut social et de l'appartenance raciale ( la fraternisation de la jeunesse s'effectue, en général, dans des lieux de franchise sociale et culturelle : rue, école, université, "boîte"...; la banlieue confond les races sous un même statut social et sous une même enveloppe : "Tous les hommes sont gris", chante Bashung) ;
- une volonté des "frères", inculquée dans l'éducation de la différence des sexes, de contrôler la sexualité des "sœurs".
Nous avons présenté plusieurs modalités de cette opposition. Remarquons ici le caractère immédiat, "instinctif", de sa justification. "Quand on voit un Africain avec une femme blanche, cela ne nous fait rien, constate un Africain de trente ans qui vit à Paris depuis six ans, mais quand on voit un Blanc avec une femme noire, on a aussitôt envie de taper". C'est l'évidence de l'endogamie raciale que nous allons maintenant considérer.

Elle suppose que la sœur de race détient la clé de l'identité du frère. Même quand elle fait profession de se vendre. Ainsi peut-on lire, dans un billet du Monde du 30 janvier 1985, que le président du Gabon venait de décider de "nettoyer les trottoirs de Libreville en livrant les prostituées à la troupe". "Il va jusqu'à assimiler les femmes qui 'font boutique de leur cul' à des étrangères". (Les étrangers aussi d'ailleurs, "il en a marre, il a l'intention de les virer"). Mais il y a plus grave que cette indifférence commerciale à la tête du client – (indifférence qui, rappelons-le (supra) est au principe de la morale marchande) – car la prostituée peut bien, telle Boule de Suif, garder la tête froide et le cœur patriotique – : la trahison raciale de la sœur qui épouse – corps et cause – l'"ennemi" virtuel ou réel. Le 26 décembre 1984, le rabbin israélien Kahane, député du parti Kach "a dû interrompre à Kfar-Saba, à une dizaine de kilomètres de Taibeh, une tournée manifestement symbolique. Son projet d'aller "remettre dans le droit chemin" une dizaine de juives mariées à des Arabes israéliens et vivant dans ce village avait tourné, une nouvelle fois, à l'opération publicitaire". La police lui ayant signifié l'interdiction de poursuivre son chemin, M. Kahane a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il expliqua avoir démontré, qu'un "député juif nationaliste ne peut se rendre dans un village arabe, alors que le communiste Tewfiq Toubi peut vivre dans une ville juive". Le parlement israélien venait en effet de voter la veille une loi permettant à la police d'interdire au rabbin, au nom du "maintien de l'ordre public", l'accès des villages arabes d'Israël. Parmi les projets de loi du député : la déportation de force d'Israël de tous les non-juifs qui auront refusé le statut de "résident étranger" ; l'interdiction aux non-juifs de vivre dans la région de Jérusalem ; la condamnation à cinquante ans de prison pour tout non-juif ayant des relations sexuelles avec une juive ; l'instauration de "plages séparées" pour Juifs et non-juifs" (Le Monde du 27-28 décembre 1984). Par voie d'affiche, le rabbin adresse aux Israéliennes l'adjuration et l'objurgation suivante : "Fille d'Israël, ne te souille pas avec les étrangers qui veulent ton humiliation..."

En quoi la sœur peut-elle être "souillée" et "humiliée" par l'étranger ? Cette conviction révèle une conception de la sexualité selon laquelle : - l'accouplement est une "défaite" de la femme (puisqu'en acceptant l'étreinte de l'étranger, elle lui confèrerait un tutre de dominance) ; - les relations sexuelles ne sont pas des relations privées ; - le comportement sexuel de la sœur engage ses frères, ici humiliés à travers elle, - c'est à ceux-ci qu'il revient, défendant leur honneur de mâle, de sauvegarder l'identité du groupe. Plusieurs articles d'un numéro du Monde Aujourd'hui consacré aux Juifs de France (en date du 5-6 janvier 1986) mettent en vedette le thème du mariage mixte :
- Selon le rabbin Williams, "réputé libéral", "iI y a deux manières d'exterminer le peuple juif : la méthode dure, celle des camps ou des attentats terroristes ; la méthode douce, celle des mariages mixtes". "Le conflit du Proche-Orient est secondaire par rapport à cette question."
- En stricte orthodoxie, le mariage mixte équivaut au concubinage. Un tel choix ne pouvant recevoir de sanction collective : "Selon notre loi et notre histoire, explique le rabbin Williams, il n'est pas possible de tout avoir : le partenaire libre et la descendance juive". La liberté (l'apostasie) est sans héritage et sans succession : sans patrimoine. Le libre choix est d'un homme seul qui résilie une appartenance dont la religion serait le concept ("loi" et "histoire" étant indissociables). Le "remède à la tentation des mariages exogamiques" réside dans une "exigence spirituelle accrue" qui exalte l'enthousiasme communautaire et refroidit l'errance sentimentale ou sexuelle. Un "judaïsme vécu plus intensément" démontrerait et préviendrait l'erreur (funeste) de tels engagements. La conversion du Juif ? Une trahison à la fois religieuse et politique s'agissant d'un "peuple de prêtres", d'une "nation sainte". La conversion du conjoint ? Mais "aimer quelqu'un et même vouloir avec lui créer un nouveau foyer ne sont pas des conditions suffisantes pour la conversion". Le contrôle de la religion sur le sexe répond aux impératifs de reproduction d'un écosystème : la communauté juive "doit se défendre" et c'est le "pouvoir spirituel" qui "doit avoir le dernier mot".
- En revanche, illustrant la valeur missionnaire de l'exogamie, un écrivain estime que "loin de reprocher au juif qui se marie au-dehors une sorte de viol de sa tradition, on devrait saluer son courage et sa générosité."
Les théoriciens de la xénophobie voient dans cette rigueur exogamique le bien-fondé de leur racisme. Et certains considèrent que l'intransigeance des rabbins leur donne des arguments (vide supra : Poliakov, 1978 : 7, 14 et 157).


"Avoir les couilles en sautoir"

Un séraphin dans la guerre des œufs. De retour du Nicaragua et présentant son dernier roman, La Ceinture de feu, le 2 octobre 1984 à "France-Culture", l'écrivain Conrad Detrez (prix Renaudot 1978) explique que le titre de son livre vise, bien sûr, la "ceinture de feu" constituée par la chaîne de volcans qui bordent l'océan Pacifique – particulièrement actifs en Amérique centrale – mais aussi cette ceinture de cartouches qui sangle les flancs des militaires et des guérilleros et qui alimente le funeste brasier de la guerre. Il cite à ce propos une expression qui résume la métaphysique belliciste, quand on dit du héros : "Tiene huevos!" ("Il a des œufs!"). Ainsi les bourgeoises de San Salvador défilent-elles, tenant deux œufs dans la main, devant le major d'Aubuisson, leader d'extrême-droite, en clamant: "Tiene huevos!" et les révolutionnaires, eux aussi, prennent le maquis parce qu'"ils ont des œufs".



"Maman ! C'est ceux-là qu'il faut avoir pour défendre la patrie ?"
Jorge A. Mercado Caras y Caretas, 1983. (Argentine)

Et l'attaché culturel de l'ambassade de France au Nicaragua, "l'enfant mystique qu'effrayaient les mains couvertes de sang de son père boucher", "bachelier en théologie", peut-on lire dans la notice nécrologique que le Monde du 13 février 1985 lui a consacré, de rêver d'un "paradis impossible peuplé de tendres séraphins", où la sexualité tournerait le dos à la guerre, où l'ardeur des "œufs" n'aurait plus la violence et la mort pour prix. Conrad Detrez donnait l'amour homosexuel pour parangon de cette espérance angélique. Ce n'est pas la consistance de cette spéculation qui nous retient ici, mais sa métaphore, ou son savoir, qui met la guerre aux "œufs" (le diable, disait Jovinien, est aux rognons), retournant – et avalisant par là – la morale naturelle.

Un "Malthus des pissotières" dans l'économie du village planétaire. Sous sa vulgarité raciste et ses certitudes hétérophobes, le jugement de l'animateur de télévision Pascal Sevran (l'"affaire Sevran", décembre 2006), qui voit dans l'irresponsabilité de l'homme noir la cause de la mort d'enfants "qu'on ramasse à la pelle" (sic) procède du même esprit. Tempête médiatique : Sevran, légitimé par sa longévité télévisuelle ("Je n’ai pas de comptes à rendre, ni à vous ni à personne. Je dis ce que je veux et j’écris ce que je veux", déclare-t-il sur une radio après le scandale causé par une page de son journal), argumente ainsi son intime conviction : "Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout-va, la mort est au bout de leur bite, ils peuvent continuer parce que ça les amuse, personne n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime contre l’humanité impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort". "Le Niger. Safari-photo insoutenable. Des enfants, on en ramasse à la pelle dans ce pays – est-ce un pays ou un cimetière ?" (Le privilège des jonquilles - 2006). Un diariste-animateur, comparé par la critique, peut-on apprendre dans le dossier de presse de l'affaire, à Léautaud et à Jouhandeau – et que la critique n'a vraisemblablement pas lu, puisque le scandale éclate un an après la parution de l'ouvrage en cause – livre ainsi, avec l'autorité de cette double reconnaissance, le fond de sa pensée sur le destin de la planète. Après le dépôt de plusieurs plaintes pour racisme et apologie de l'eugénisme, Sevran décide toutefois d'expurger du prochain tome de son journal (L'Express du 20 décembre 2006), La mélancolie des fanfares, en instance de publication, quelques fleurs de sa rhétorique malthusienne où il répétait sa conviction tout en précisant quelque peu son argumentaire : "Il faut châtrer la moitié des hommes de la planète qui se rendent coupables de ce crime contre l'humanité chaque fois qu'ils ouvrent leur braguette" ; "'Les bites des Noirs' ne valent pas mieux (quoi qu'on en dise) ni moins que celles des Hindous, des Chinois, des Polonais ou des Français"...

La consultation des forums de discussion africains sur le web à propos de la responsabilité de la "bite des noirs" fait apparaître des réactions diverses : - la critique du caractère raciste du jugement (l'irresponsabilité congénitale imputée à l'homme noir) ; - la revendication de l'excellence de la "bite des noirs", contre-stigmatisant au passage l'homosexualité de l'auteur du diagnostic : "Sevran aimerait bien en avoir une dans le cul !" ; - la proposition d'appliquer ses propres valeurs à ce chantre de l'eugénisme, suggérant de le faire piquer ; - et le propos de ce "Malthus des pissotières" ouvre parfois une discussion sur la démographie africaine... Mais là n'est peut-être pas l'essentiel.

Le caractère pompier du style de Sevran (si l'on en juge par les titres de ses ouvrages et les quelques phrases citées), son vocabulaire "ringard", l'utilisation récurrente, faussement effrontée (et quelque peu désuète) du mot "bite", par exemple, le côté tout aussi ringard (si l'on en croit les forum consultés) de la chanson de variété qu'il sert à la télévision, tout cela fait de l'animateur-écrivain une incarnation assez classique de ce qu'il est convenu d'appeler un "beauf". A ceci près que ce souci affiché de la démographie planétaire par cet adepte du tourisme sexuel ("Vous écrivez : ‘Si le tourisme n'était pas sexuel, on se demande bien ce que nous irions faire dans ces contrées impossibles, pleines de moustiques’" - interrogé sur France 3, le 15 janvier 2006) permettrait en réalité à ce "beauf" de délivrer un tout autre message. Le "quoi qu'on en dise" (des "bites des Noirs") du passage censuré, cité plus haut, sacrifie, certes, aux clichés sur la sexualité des Noirs. Mais l'important, au-delà de ce stéréotype qui paraît diminuer l'ego de l'animateur-télé, est vraisemblablement contenu dans le message indirect du propos. Pour le dire en clair et avec la même vulgarité : quand l'homosexuel ouvre sa braguette, lui, ce n'est pas pour commettre un "crime contre l'humanité"... (C'était l'explication d'Aristote, la protestation de vertu malthusienne en moins : “Pour la restriction de consommation qu’il juge utile, le législateur a nombre de vues ingénieuses ; pour l'isolement des femmes, afin qu’elles n’aient pas trop d’enfants, il a permis les relations homosexuelles” -
Pol. II, X, 9.)

"En avoir ou pas" – avec toutes les conséquences – telle serait la question. La présence physique, objective, de ces "œufs" engageant sous sa bannière la figure du comportement. Présence si décisive qu'il faudrait croire la lettre de l'expression "avoir couilles en sautoir", avoir celles de ses ennemis en parure démontrant, hyperboliquement, superfétation en puissance, qu'on est digne d'arborer sa virilité. On peut lire, dans la lettre d'Arthur Rimbaud au directeur du Bosphore égyptien, datée du Caire le 20 août 1887, que les guerriers choanais de Ménélik déclarèrent, au retour d'une expédition, qu'ils "rapportaient les testicules de tous les Franguis (étrangers) du Harar". La coutume des Danakils (Borer, 1984 : 228-229) "exige qu'ils se parent du plus grand nombre de ces ornements avant de prendre femme". Le négociant Alfred Bardey – qui a employé Rimbaud (Tubiana, 1981 : V-LVII) – relate dans ses souvenirs (1981: 274) qu'au cours d'une expédition à Boubassa, Rimbaud était intervenu "pour séparer des batailleurs au moment où ceux qui avaient le dessous allaient subir la mutilation habituelle". Ce serait donc bien l'exigence matrimoniale, et ses attendus, qui militeraient dans le crépitement de cette ceinture de feu et l'homosexualité, disqualification d'un tel intérêt, pourrait en effet apparaître comme la passion paisible œuvrant à la réconciliation de l'espèce.




Danakils de la tribu de Bita Erer”
Photographie de E. J. Bidault de Glatigné, 1889 (détail)
(Archives de la Société de Géographie)

Rappelons ici un aspect assez peu connu de l'œuvre de Rimbaud, voyageur et ethnologue dont le "Rapport sur l'Ogadine", daté de Harrar le 10 décembre 1883, à la Société de Géographie et la "Lettre au Bosphore égyptien" citée témoignent. Dans une communication lue à la séance du 22 janvier 1892 de la Société de Géographie, Alfred Bardey [son employeur] écrivait: " [Le] premier but [de M. Arthur Rimbaud] était d'acquérir, par le commerce, la petite fortune nécessaire à son indépendance ; mais l'entraînement, l'habitude et cette attraction particulière qui fait que ceux qui vont dans les pays nouveaux y retournent, souvent jusqu'à ce que mort s'ensuive, l'avaient décidé à toujours demeurer dans l'Afrique orientale. Par amour de l'inconnu et par tempérament, il absorbait avidement les choses intellectuelles des pays qu'il traversait, apprenait les langues au point de pouvoir les professer dans la contrée même et s'assimilait, autant que possible, les usages et les coutumes des indigènes. [...] Il a été un des premiers pionniers au Harar et tous ceux qui l'ont connu depuis onze ans diront qu'il fut un homme honnête, utile et courageux."

L'image des œufs invite à considérer cette classe des vertébrés tétrapodes à sang chaud dont les œufs font fantasmer les mammifères. Il y bataille des voltigeurs pour qui la jactance et les trémolos, les roulades et les rodomontades ont partie liée avec les œufs. Dans
Roméo et Juliette (III, 5) le chant du rossignol accompagne la nuit d'amour des héros et le chant de l'alouette met fin à cette félicité dérobée comme la clarté du jour au maraudage des unions subreptices :

"Plus clair, toujours plus clair, Plus noire, toujours plus noire notre désolation."

Ce chant, si suave, si plein de dilection et d'irénisme qu'on entend dans son ramage, au Japon, le titre d'un traité de dévotion bouddhique (Ho Ke Kyo, forme abrégée de Myo Ho Ren Ge Kyo, Sutra de la Bonne Loi du Lotus, pour : ho hokekyo), ce chant d'amour est une déclaration de guerre – à tout le moins l'affirmation d'un titre de propriété. Comme nombre de petits Passereaux, le Rossignol vit tantôt en bande et tantôt en couple et c'est quand "il a des œufs" – le poids de ses testicules augmente de façon spectaculaire –


Le phénomène est mis en évidence chez l'étourneau (Sturnus Vulgaris) en 1932 par Thomas Hume Bissonnette ("Duration of testis activity of Sturnus Vulgaris in relation to type of illumination", J. Exp. Biol. vol. 9, pp. 339-350) et confirmé par Jacques Benoît qui découvre la fonction de l'hypohyse sur l'activité testiculaire chez le canard domestique (1935 et 1937 : "Rôle des yeux dans l'action stimulante de la lumière sur le développement testiculaire chez le canard", C. R. Soc. Biol., vol 118, pp. 669-671 et "Étude du mécanisme de la stimulation par la lumière de l'activité testiculaire chez le Canard domestique. Rôle de l'hypophyse", Bull. Biol., vol. 4, pp. 394-437).


qu'il revendique un territoire : il devient agressif quand la saison des amours commence à "les lui gonfler". Observant les mouvements individuels dans une troupe de Passereaux, on remarque, à cette période critique, des sujets qui s'écartent de plus en plus souvent du groupe pour aller se poser sur un arbre choisi où ils établiront leur nid et à proximité duquel ils ne toléreront plus la présence de leurs congénères. C'est à ce moment que les capacités vocales, sous influence hormonale, s'épanouissent. Le chant possède ici une fonction sexuelle en relation avec la prise de possession d'un territoire. Manifestation d'hostilité entre voisins, il constitue un pôle d'attraction pour les femelles. C'est 1'une des activités essentielles des mâles pendant la période de reproduction. Quand la femelle prend part à la défense du territoire (ce qui n'est généralement pas le cas chez les Passereaux) elle développe des compétences vocales. On constate, d'ailleurs, "chez certaines espèces dont les femelles ne chantent pas normalement, un faible chant à l'automne correspondant à une sorte d'intersexualité du fait du repos l'ovaire gauche fonctionnel et d'une certaine activité de l'ovaire droit à allure de testicule. Les sujets âgés se livrent aussi à quelques manifestations vocales témoignant ainsi de dons latents. Ce phénomène correspond à une masculinisation de l'organisme dont on décèle également les symptômes dans le plumage". (Dorst, 1971: 243-244)

L'espèce humaine, qui connaît pourtant des exceptions de cette sorte, serait plus intégriste : ainsi quand le chef des armées somozistes, prêt à se rendre, se ravise, apprenant que le chef sandiniste devant qui il devra déposer les armes et se constituer prisonnier est une femme. (Partage des genres que Pascal Sevran, cité plus haut, avalise à sa manière, déclarant sur
Paris Première, le 12 août 2006 : "Donc, je crois que les femmes peuvent être appelées aux plus hautes fonctions, je crois qu'en effet, je préfère [...] un flingue sur le cul, je préfère un flingue sur le cul d'un mec que sur le cul d'une femme. Je vomis ces femmes avec un flingue sur le cul".) La possession de cet équipement – non sujette, il est vrai, à la déplétion saisonnière qui fait le héros aphone et pacifique – et l'image qui met la pugnacité et le bellicisme dans cette possession peut, encore une fois, s'entendre à la lettre : l'homme qui a lancé dans un stade d'Amsterdam deux bombes à fragmentation grosses comme des balles de tennis a pu échapper à la fouille en les dissimulant dans son slip, prenant aussi à défaut l'étymologie qui voit dans les testicules (testes) des témoins (testis) qui n'interviennent qu'en tiers (tres). Où siège la capacité à revendiquer un territoire ? le général Sharon, déjà cité, lui, le sait : "II faut couper les couilles aux Arabes qui manifestent". Cette possession commanderait donc en même temps un droit au sol et un droit de regard sur le pouvoir de liaison des sœurs.



L'endocrinologie est fondée par le danois A. A. Berthold en 1849 quand il démontre, par une greffe ectopique du testicule (dans la cavité abdominale), que son action s'opère, non par voie nerveuse, mais par son "influence sur le sang et ensuite par une influence correspondante du sang sur l'organisme". ("Transplantation der Hoden", Arch. Anat. Phys. wiss. Med., vol. 16, pp. 42-66.)



Au cours d'une émission de télévision sur Jérusalem (T.F. 1 le 18 septembre 1985), on présente une jeune femme juive qui vit avec un Arabe. L'homme a donné un nom juif dans l'immeuble où ils habitent et ses voisins ignorent sa véritable identité. Dans l'entreprise où il travaille, on lui a parlé d'une "salope qui vivait avec un Arabe". La jeune femme explique qu'elle n'a pas l'intention de renier ses croyances. Non, elle ne va pas se convertir à l'Islam. Elle vit avec l'homme dont elle avait rêvé. Ce n'est pas que les hommes juifs soient moins bien : "Mais ce n'est pas moi qui a décidé. C'est mon cœur qui a choisi."

Le cœur des sœurs pourrait donc avoir des intérêts contraires à l'honneur des frères ? Et à l'intérêt national, ou, à tout le moins, à la perpétuation de l'identité ? Oui, on l'a noté, si la cohabitation sexuelle signifie sujétion sexuelle et idéologique de la soeur. Si, en vertu de cette conception, l'identité est fermeture, activité, défense d'une forme, et la femme ouverture, passivité, acceptation d'une forme; si le corps social est vulnérable à ses entrées, dans sa partie féminine. "De l'abandon du devoir procède l'impureté des femmes ; de l'impureté des femmes procède la confusion des castes ; de la confusion des castes procède le chaos" dit la Bhagavad-Gita (1, 41). La confrérie des frères, qui définit la religion, limite l'inévitable exercice de l'ambiguïté féminine au cercle endogamique constitué par la communauté des croyants. Au-delà de ce cercle, la sœur passe, corps et âme à l'étranger. Elle renie les siens. Quand il ne résulte pas d'un dispositif d'alliance – et, dans un tel cas, parfois dramatisé par la mise en scène d'un rapt – le départ de la soeur représente plus que la perte arithmétique d'un élément multiplicateur du groupe : sa capacité à la fermeture. Sans distinction, l'homme bafoué devient chose (vide supra). Le pouvoir de liaison de la sœur – sa vertu – mis en avant quand il s'agit d'organiser des alliances ou d'afficher des intentions pacifiques (en 1488, abordant la Côte des squelettes, le navigateur portugais Bartoloméu Diaz envoie en reconnaissance (sans cas de conscience) une esclave du Golfe de Guinée, parée de ses colliers, pour découvrir une éventuelle présence humaine – on devait retrouver ses ossements deux siècles plus tard) doit donc rester sous le contrôle des frères sous peine, pour ceux-ci, de voir se défaire une identité dont elle détiendrait la clé.

Les oppositions les plus brutales au couple mixte sont celles où l'étranger est le plus étranger, soit qu'il présente un physique par trop dissemblable, soit qu'on lui fasse assumer le partage du mal moral. Alors, la sœur emporte l'identité avec sa descendance. Cette réflexion devant un enfant mulâtre : "II y a moindre mal quand le mâle est Arabe : la honte est moins visible". La recherche de l'identité dans l'enfant, jeu obligé auquel se livrent les adultes : "Moi, je trouve qu'il a beaucoup du père. Et toi ? – Une chose est sûre, il a les yeux de sa mère..." est probablement moins anodin qu'il n'y paraît. "Avoir des petits-fils café-au-lait, ça non alors, je préfère encore qu'ils soient eurasiens, ça se voit moins !" (Kuoh-Moukoury, 1983 : 13). Le racisme tire sa violence aveugle de cette altération ou adultération de l'identité fondamentale. Dans le numéro du 31 mars 1939 de Je suis partout, Robert Brasillach écrivait, dans un article intitulé "La question singe" : "Ne dit-on pas que des unions contre nature entre Français et guenons, entre Françaises et singes auraient déjà donné naissance à une race hybride heureusement peu nombreuse ? Il nous faut organiser un "antisimiétisme" (veuillez bien lire, je vous prie !) de raison et d'État".

suite de la page 21.3 : 21.31

Plan du dossier :

19.1 Exorde
19.11 "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité : relevé des grafitti de la Sorbonne, mars 1982
19.2 Variations sur le prochain
19.3 Quand la théorie de la société est la théorie du marché
19.4 Les "30 glorieuses" et les 30 pleureuses
19.5 De Tati à Tati
19.6 Gradations dans l'expression de l'allophobie et dans son aveu
19.7 Territoire, proxémie, proximité : le proche et le lointain
19.8 Appartenance commune
19.9 Guetteurs au créneau
20.1 Othello, ou la tragédie de l'apparence
20.2 Phénotypes et stratification sociale : la naturalisation du droit
21.1
L'empire de la liberté : la techno-structure par l'exemple, neutralisation des fonctions et des genres
21.2 Loi du renouvellement technique et conséquences...
21.3 Hormones et territorialité : la dominance à l'épreuve de la valeur morale de la différence
21.4 L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (1) : liaisons
21.5
L'individu, sentinelle avancée de l'espèce (2) : déliaisons
21.6 Logique du vivant, morale du vivant
21.7 Médialangue et culture-jeunesse, distance réfractaire et période réfractaire




Rechercher dans :
http://www.AnthropologieEnLigne.com