Accueil
Madagascar
Réunion
Copyleft : Bernard CHAMPION
1 Éléments d'Anthropologie du Droit
Avant-propos : Philippe LABURTHE-TOLRA Doyen honoraire à la Sorbonne
Préface :
Norbert ROULAND Membre de l'Institut Universitaire de France

présentation avant-propos préface introduction plan
index analytique références table illustrations
1- Le souverain juge
2- “Pourquoi le sang de la circoncision...”
3- Dessin du dessein
4- “Authentique ! sans papier !”
5- L“Âme du Mil”
6- “Il faut se battre pour la constitution...”
7- Rire et démocratie
8- Sur l’innovation
9- La “culture des analgésiques” et l’individualisme
10- Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion”
11- Du mythe au roman, de la Patrie à la Filisterie
12- La chimie du rire
13- La prohibition de l’inceste... archéologie des émotions
14- Morale et handicap
15- Le juge, de quel droit ?
16- Droit au sol et mythes d'autochtonie
17- Habiter, cohabiter : sur l’exemplarité
18- Le territoire de la langue : les deux natures
19- Enquête sur la forme humaine : 1
20- Enquête sur la forme humaine : 2
21- Enquête sur la forme humaine : 3
présentation

anthropologieenligne.com : unité de l’homme et diversité des cultures


english version:

Chapitre 13


Présentation du chapitre :

A l'attention des étudiants de L3 :
Ce chapitre peut servir d'introduction à l'UE L3 6ETAA "Initiation au calcul de la parenté. Anthropologie de la parenté : entre biologie et culture" du L3 (Licence d'Ethnologie). Le dossier pédagogique annexe comporte les documents suivants :
Sur le "droit maternel" :
- des extraits de l'ouvrage de Malinowski sur le îles Trobriand : La vie sexuelle des sauvages du Nord-Ouest de la Mélanésie. Description ethnographique des démarches amoureuses, du mariage et de la vie de famille des indigènes des Îles Trobriand (Nouvelle-Guinée) (1930).
- deux articles concernant le magnahouli aux Comores.
Sur le choix du conjoint :
- un article de la revue Population paru en deux parties : I. Évolution et morphologie des scènes de rencontre. Population, n° 6, 1987, pp. 943-986. II. Les scènes de rencontre dans l'espace social, Population, n° 1, 1988, pp. 151-150.
- le chapitre 10 de ce site "
Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion” : sur le destin d’un trait de l’échange matrimonial dans le Roman de Tristan" examine la version "littéraire" (romanisée et romanesque) du choix du conjoint.

Plan du chapitre :

A) Quelques données sur la prohibition de l’inceste : sur la culture de l’espèce
Communication présentée au colloque “Mariage - Mariages”, Palais du Luxembourg et Université Jean Monnet, Sceaux, mai 1997.

B) Transmettre le patrimoine génétique, transmettre le patrimoine économique : paradoxes de la reproduction
Communication présentée au colloque “Familles–Parentés–Filiation” (Hommage à Jean Gaudemet), Palais du Luxembourg et Université Jean Monnet, Sceaux, juin 2005.

C) L'"effet McClintock" et effets apparentés (dossier pédagogique)

D) Duchenne de Boulogne : Éléments pour une archéologie des émotions (1)

E) L'Expression des émotions chez l'homme et l'animal, Charles Darwin (1872) : Éléments pour une archéologie des émotions (2) (Note de lecture)

F) Les fondements neurologiques de l'expression des émotions et de la communication : Éléments pour une archéologie des émotions (3)


A) Quelques données sur la prohibition de l’inceste :

sur la culture de l’espèce

IV - 13-1


La question de la prohibition de l’inceste constitue une vexata quaestio de l’anthropologie, une question qui, depuis l’origine, bourrelle le repos des philosophes, une question controversée et sans réponse certaine... Avec, pourtant, des certitudes péremptoires.

Cela n’est pas un hasard, car ce qui est en cause, c’est ni plus ni moins ce qui nous distingue des bêtes... C’est en effet une évidence de l’anthropologie universelle et du sens commun de dire que nous autres, les hommes, à la différence des bêtes – et à la différence des barbares aussi – vivons sous le règne de la Loi. Par opposition à l'indifférence panmictique, culture signifie distinction et discrimination. “L'incestueux est comme le ver de terre, disent les Jivaros, il rentre dans le premier trou venu”. La discussion sur la prohibition de l’inceste symbolise ou focalise ce passage de la nature à la culture. Cette vexata quaestio est donc aussi ce que les étudiants d’aujourd’hui appelleraient une “question bateau” et ceux d’hier un “pont-aux-ânes”, non seulement de l’anthropologie, mais aussi de la culture citoyenne de l’espèce.

Jusqu’à une époque relativement récente – disons les années soixante-dix – l’approche anthropologique de la question de la prohibition de l’inceste était dominée par l’autorité de Claude Lévi-Strauss, dans une introduction principielle aux Structures élémentaires de la parenté, dont la première édition date de 1949 (édition d'une thèse de doctorat soutenue en 1948 sous la direction de Georges Davy). Cette interprétation continue de faire autorité, même si la configuration des connaissances sur le sujet a fondamentalement changé. Idéologiquement convergente avec la théorie psychanalytique, elle conforte, au fond, ou redécouvre, l'idée partagée de la prééminence de la culture sur les nécessités de la nature. Il est notoire, et cela est particulièrement vrai en sciences humaines où la preuve n’est jamais mathématique, que les théories scientifiques perdurent bien après avoir été invalidées : les positions acquises, les habitudes de pensée, le confort des certitudes font qu’il est encore commun aujourd’hui d’entendre dire et professer que l’inceste serait couramment pratiqué chez les animaux ou que le passage de la nature à la culture, opérateur de l’hominisation, s’organiserait sur cet événement fondateur qu’est la prohibition de l’inceste.

*

La théorie lévi-straussienne de la prohibition de l’inceste peut être résumée par ce proverbe placé en épigraphe des Structures élémentaires de la parenté : “Un parent par alliance est une cuisse d’éléphant”. C’est dire que “les échanges matrimoniaux et les échanges économiques forment [...] partie intégrante d’un système fondamental de réciprocité” (1967 : 39) et que la prohibition de l’inceste doit être comprise comme la condition nécessaire à l’indispensable alliance.

On peut commencer par un contre-exemple : que “l’homme seul est en mauvaise compagnie”. “Nous nous souviendrons toujours avoir remarqué chez les Bororo du Brésil central, un homme d’environ trente ans, sale, mal nourri, triste et solitaire. Nous voulûmes savoir s’il était gravement malade ; la réponse des indigènes nous stupéfia : qu’est-ce qui n’allait pas ? mais rien, c’était seulement un célibataire... Et, à vrai dire, dans une société où règne la division du travail entre les sexes, et où seul l’état de mariage permet à l’homme de jouir du travail de sa femme, y compris l’épouillage, la peinture du corps, la coiffure, aussi bien que le jardinage et la cuisine (puisque la femme bororo cultive le sol et fait des poteries), un célibataire n’est réellement qu’une moitié d’être humain” (Lévi-Strauss, 1956 : 341, 1979 : 105).

C’est donc par une sorte de renversement copernicien, retournant la perspective et formalisant l'hypothèse tylorienne, que Lévi-Strauss propose de rendre compte de l’“interdit universel”. La prohibition de l’inceste n’est plus la donnée première qui engagerait les humains dans de nécessaires échanges matrimoniaux (puisqu’on ne peut se marier entre soi) c’est, à l’inverse, dans le constat de la nécessité de l’échange qu’est la raison pour laquelle les hommes s’interdisent leurs sœurs. “L’humanité a compris très tôt que, pour se libérer d’une lutte sauvage pour l’existence, elle était acculée à un choix très simple : soit se marier en dehors, soit être exterminée aussi par le dehors [marrying out or being killed out – la formule est due à Edward B. Tylor, "On a method of investigating the Development of Institutions, applied to Laws of Marriage and Descent", JAI, vol. 18, 1889, pp. 245-272]. Il lui fallait choisir entre des familles biologiques isolées et juxtaposées comme des unités closes, se perpétuant par elles-mêmes, submergées par leurs peurs, leurs haines et leurs ignorances, et, grâce à la prohibition de l’inceste, l’institution systématique de chaînes d’intermariages, permettant d’édifier une société humaine authentique sur la base artificielle des liens d’affinité, en dépit de l’influence isolante de la consanguinité et même contre elle” (1956 : 350, 1979 : 120).

Par ce calcul, par cette prise en charge responsable de leur propre destin, faisant preuve d’un “niveau de conscience” – comme on dit – véritablement admirable et qu’on aimerait pouvoir observer chez les hommes d’aujourd’hui, les premiers hommes auraient ainsi fait échec à la “lutte sauvage pour l’existence”, aux peurs, aux haines et aux ignorances pour engager l’espèce dans la civilisation... La prohibition de l’inceste, en effet, “constitue la démarche fondamentale grâce à laquelle, par laquelle, mais surtout en laquelle, s’accomplit le passage de la nature à la culture” (29). “Avant elle, la culture n’est pas encore donnée ; avec elle, la nature cesse d’exister, chez l’homme, comme un règne souverain. La prohibition de l’inceste est le processus par lequel la nature se dépasse elle-même ; elle allume l’étincelle sous l’action de laquelle une structure d’un type nouveau, et plus complexe, se forme et se superpose, en les intégrant, aux structures plus simples de la vie psychique, comme ces dernières se superposent, en les intégrant, aux structures, plus simples qu’elles-mêmes, de la vie animale. Elle opère, et par elle-même constitue, l’avènement d’un ordre nouveau” (29).

La prohibition de l’inceste n’est donc rien d’autre, en réalité, portant ces conséquences considérables, que la condition même de l’échange. Cette règle négative n’est que l’envers d’une pratique positive, cette interdiction l’envers d’une prescription, etc. “Considérée comme interdiction, la prohibition de l’inceste se borne à affirmer, dans un domaine essentiel à la survie du groupe, la prééminence du social sur le naturel, du collectif sur l’individuel, de l’organisation sur l’arbitraire. Mais même à ce point de l’analyse, la règle en apparence négative a déjà engendré sa converse : car toute interdiction est, en même temps, et sous un autre rapport, une prescription” (52). “Il y a plus : que l’on se trouve dans le cas technique du mariage dit “par échange”, ou en présence de n’importe quel autre système matrimonial, le phénomène fondamental qui résulte de la prohibition de l’inceste est le même : à partir du moment où je m’interdis l’usage d’une femme, qui devient ainsi disponible pour un autre homme, il y a, quelque part, un homme qui renonce à une femme qui devient, de ce fait, disponible pour moi. Le contenu de la prohibition n’est pas épuisé par le fait de la prohibition ; celle-ci n’est instaurée que pour garantir et fonder, directement ou indirectement, immédiatement ou médiatement, un échange” (60). “La prohibition de l’inceste est une règle de réciprocité” (72).

Cette conception fait donc échec aux théories qui chercheraient un fondement naturel à cette règle universelle. “Nous nous opposons aux conceptions qui [...] font crédit à la nature d’un principe de détermination, même négatif, de l’alliance”. “Il est certain que (les grands singes) ne pratiquent aucune discrimination sexuelle à l’égard de leurs proches parents” (36). “Il faudrait voir dans l’aversion supposée un phénomène spécifique, mais pour lequel on cherchera vainement les mécanismes physiologiques correspondants. Nous considérons que si l’aversion constituait un phénomène naturel, elle se manifesterait sur un plan antérieur, ou tout au moins extérieur à la culture, et qu’elle lui serait indifférente ; on se demanderait alors vainement de quelle façon et selon quels mécanismes s’opère cette articulation de la culture sur la nature, sans laquelle aucune continuité ne peut exister entre les deux ordres. Ce problème s’éclaire quand on admet l’indifférence de la nature [...] aux modalités des relations entre les sexes. Car c’est précisément l’alliance qui fournit la charnière.” “Le fait de la règle [...] constitue en effet l’essence même de la prohibition de l’inceste” (37).

*

Il est évidemment facile, un demi-siècle après, d’opposer à cette théorie des données qui n’étaient pas toutes constituées. Même si, abstraction faite de cette révision du savoir, on peut difficilement s’empêcher de voir dans cette représentation des origines une pétition pour le moins idéaliste, “rationalisante” et volontariste – mythique – de la société humaine. Ainsi, par une décision véritablement inspirée, les hommes de ces temps fabuleux, auraient, partout et pour toujours (puisque, malgré ses variantes et ses degrés divers, la prohibition de l’inceste est universelle : c'est la règle qui, "seule entre toutes les règles, possède en même temps un caractère d'universalité" - 10), choisi la civilisation contre la barbarie... Sauf à reconnaître, peut-être, dans le débordement de cette légitime croyance au primat de la règle et de la médiation culturelle sur ce que Lévi-Strauss appellera ailleurs (1985, p. 264), précisément, les “débordements” ou les “forces torrentueuses” de la “vie psychique”, l’activité de cette culture de l’espèce.

Mais là n’est pas l’essentiel. Cette discussion sur la prohibition de l’inceste est le lieu idéal pour rappeler que, parmi les acquis fondamentaux des cinquante dernières années à la connaissance de l’homme, il y a probablement, me semble-t-il, ceux de l’éthologie en général et de l’éthologie humaine en particulier – quand ceux-ci sont rapportés aux contraintes de la génétique (de l'évolution) en la circonstance.

J'introduirai le débat par cette remarque de bon sens (informé) : “S’il est vrai que c’est la prohibition de l’inceste qui distingue la nature de la culture, eh bien ! il faut considérer que les animaux sont beaucoup plus cultivés que nous car l’inceste est rarement pratiqué chez les animaux (en milieu naturel), alors qu’il est relativement souvent consommé chez les humains”.

L’une des idées reçues sur la question est en effet que l’inceste serait “couramment pratiqué dans le règne animal”. Ce sont précisément ces “mécanismes physiologiques” qu’il serait vain de chercher, selon la citation que j’ai faite plus haut, que l’éthologie (et la génétique) permettent d’identifier et de comprendre. J’aimerais préciser au préalable que l’approche que je vais résumer ici ne constitue en rien, contrairement à ce qu’une interprétation rapide pourrait laisser penser, une minoration ou une profanation de la culture. C’est Platon lui-même, qu’on pourrait légitimement présenter comme l’inventeur de l’idéalisme, qui, par la bouche de Diotime dans le Banquet, oppose à Socrate occupé à percer le mystère du dieu Éros cette remarque : “Et tu voudrais, ignorant la nature animale, être capable de disserter sur l’amour ?” (207 c). Il s’agit de tenter de comprendre, sur des bases plus objectives, cette articulation de la nature et de la culture et ce “grand mystère”, selon le mot de Saint Paul dans une lettre aux Éphésiens, qui fait destin à “l’homme de quitter père et mère, de s’attacher une épouse et de ne faire qu’une seule chair”.

Sans remonter nécessairement à l’histoire des protozoaires, il est évident qu’on ne saurait tâcher d’approcher ce “grand mystère” dans l’ignorance des lois générales de la sexualité alors, pourtant, que la simple considération de la forme humaine disqualifie cette inclusion de l’homme dans la nature. Il suffira ici de rappeler que l’“invention” de la sexualité substitue à la reproduction par division une reproduction qui n’est plus la reproduction du même, mais qui consiste dans la création d’individus nouveaux à la faveur du processus de ségrégation (séparation des paires de chromosomes) et du processus de recombinaison génétique. Méiose et fécondation aboutissent à la formation d’un génotype original résultant de la fusion des chromosomes issus du parent mâle et des chromosomes issus du parent femelle. Alors que certaines bactéries existent à l’identique depuis l’origine de la vie, la sexualité, avec la mort des individus, apparaît, du point de vue de l’évolution, comme un dispositif qui accélère et amplifie l’invention des formes vitales – le rythme de l’évolution (intensification du polymorphisme génétique ; augmentation des probabilités de mutation). Dans cette perspective, une espèce au sein de laquelle l’union des germains serait la règle “conserverait tous les désavantages de la reproduction bi-parentale sans bénéficier d’un seul de ses avantages. Son niveau de variabilité se réduirait à celui de l’auto-fécondation et sa vitesse d’évolution en serait par conséquent tellement freinée qu’elle ne résisterait à la compétition que dans des conditions de vie extrêmement favorables ; en règle générale, l’absence de plasticité adaptative condamne une espèce à la mort” (Bischof, in Fox, 1975, trad. fr. 1978 : 83). Pour le dire d’un proverbe bien connu : “L’évolution ne met pas tous ses œufs dans le même panier”...



S.E. Scales, Otago Daily Time, 1977, Nouvelle-Zélande


Le mariage n’est donc pas seulement une coopérative, comme il était noté tout à l’heure, c’est aussi une entreprise en génétique. “Tu viens chéri(e), on s’mélange !...” J’ai trouvé par hasard un dessin [ici reproduit] qui illustre parfaitement ce propos, où l’on voit un prêtre qui bénit les époux dont il consacre l’union en ces termes : “I now proclame you genetic engineers !” (“Je vous fais ingénieurs en génétique”). Un intérêt objectif de cette loterie, c’est qu’on ne peut savoir quel numéro va sortir. La reproduction n'est pas une science exacte. À l’opposé de cette naïve croyance d'un prix Nobel persuadé que sa semence, comme telle, faisait des Nobel et qui l’a confiée dans cet esprit à une mère porteuse, c’est la réponse de Bernard Shaw à un prix de beauté lui proposant de mettre leurs ressources en commun qui est dans le vrai : “Je craindrais, Madame, que cet enfant n’ait ma beauté et votre intelligence...” C’est cela le polymorphisme génétique. Le second avantage tient dans le fait que la reproduction sexuée permet d'éliminer les mutations défavorables. A chaque génération, l'assemblage des gènes est cassé pour être recomposé. La théorie suivant laquelle les accouplements incestueux “seraient un phénomène naturel communément réalisé chez les animaux” selon les termes de Lévi-Strauss, théorie qui, je l’ai rappelé, est un lieu commun de l’anthropologie universelle, repose sur une généralisation d’observations faites sur des animaux domestiques, vite contredites, d’ailleurs, lorsqu’elles sont dénuées de souci apologétique et plus attentives. Les Bambara, par exemple, remarquent l’“aversion” de l’étalon à l’égard de l’inceste (Zahan, 1960 : 227). On lit ainsi dans Aristote (Histoire des Animaux, IX 47) : “Les chameaux ne couvrent pas leurs mères, et même si on les force, ils s’y refusent. En effet, il arriva qu’un jour, manquant d’étalon, on recouvrit la mère d’un voile et on lui amena son rejeton. Pendant la saillie le voile tomba : alors le jeune mâle consomma l’accouplement, mais peu de temps après, il mordit le chamelier et le tua. On raconte aussi que le roi de Scythie avait une jument de race dont tous les poulains étaient bons : voulant avoir un produit du meilleur de ces poulains et de la mère, il la fit amener pour la saillie. Mais le poulain ne voulait pas. On couvrit la mère d’un voile et il la monta sans la reconnaître. Mais après la saillie, on découvrit la face de la jument, et le poulain à cette vue prit la fuite et alla se jeter dans un précipice.” Pline raconte qu’un cheval “ayant reconnu, une fois le bandeau de ses yeux enlevé, qu’il s’était accouplé avec sa mère se jeta dans un précipice pour se tuer”. Et que “pour une raison du même genre, une jument, dans le territoire de Réate, mit en pièces un étalonnier”. “Les chevaux, en effet, conclut Pline, ont aussi le sens de la parenté” (Histoire Naturelle, VIII, 42). Ces observations et ces jugements ont précisément la domestication pour origine - l’idéal domestique étant ainsi défini par Aristote : “Les étalons couvrent même leurs mères et leurs filles, et le haras est considéré comme parfait lorsqu’ils saillissent leur progéniture” (Histoire des Animaux, VI, 22) – quand la “nature” résiste à la pression de l’éleveur dont l’objet est la sélection et la reproduction de caractères utiles et non le polymorphisme de la reproduction sexuée.

En 1978, le biologiste britannique John Maynard Smith déclarait : “Voici dix ans, je considérais l’évitement de l’inceste comme un phénomène entièrement culturel. Seul un bigot [bigot] pourrait soutenir ce point de vue aujourd’hui” (John Maynard Smith, “Constraints on Human Behavior,” Nature, vol. 276 (1978) : p. 121). L’indifférence à l’inceste des animaux domestiques répond aux conditions mêmes de la domestication qui s’exerce aussi en éliminant les individus réfractaires aux unions consanguines quand celles-ci sont recherchées. Dans les populations naturelles, l’inceste n’est la règle, pour d’évidentes raisons, que chez certains vers parasites dont l’écologie interdit la reproduction exogame. On constate, d’ailleurs, chez certains hermaphrodites qui ont la faculté de s’autoféconder, que la “préférence” va à la fécondation croisée, l’auto-fécondation, dernière chance de la reproduction, n’ayant lieu qu’en situation d’isolement. L’intérêt de l’exogamie sur l’agamie (reproduction asexuée, division), sur l’autogamie et sur l’inceste serait donc un intérêt sélectif. La description des structures sociales de populations naturelles de mammifères fait apparaître l’existence de mécanismes qui ont pour effet de limiter ou de prévenir les contacts sexuels entre individus apparentés. “Chez les animaux supérieurs écrit Bischof, qui rassemble un certain nombre d’exemples sous ce chef, les plus importants de ces mécanismes sont : le changement d’objet, la répression de la sexualité et, du point de vue de la femelle, la réaction de rejet, enfin l’émergence de revendications d’autonomie qui entraînent l’expulsion” (84).

À la lumière de ce schéma primaire, on peut comprendre – à condition certes, de mettre entre parenthèses une question qui fait toute la question : celle du saut qualitatif de la nature à la culture – que mariage et exogamie sont deux noms d’une même réalité, et que si l’exogamie constitue une loi générale de la reproduction, il n’est nullement absurde rechercher la trace de dispositifs génétiquement fixés, hérités de la sélection naturelle, qui seraient perceptibles dans la constitution émotionnelle de l’homme avant d’être relayés et systématisés par la loi.

Une théorie biologique du tabou de l’inceste pose plusieurs types de problèmes qu’il n’est pas dans le propos de cet exposé d’aborder de front. Bischof, qui entreprend de réhabiliter l’hypothèse formulée par Westermarck rappelle que “la première objection [à cette hypothèse] se basait sur la présomption tout à fait naïve que l’aversion instinctive pour l’accouplement incestueux était liée à une sorte du sixième sens permettant de détecter les liens du sang : cet argument veut que quiconque admet la possibilité d’obstacles instinctifs à l’inceste croie nécessairement à la “voix du sang”. “Ce débat semble d’autant plus incompréhensible que Westermarck (1889) et Hobhouse (1912), souvent cités avec ironie à cet égard, ont opposé à ces suppositions des arguments étonnamment modernes.” “L’étude contemporaine de l’instinct n’attend pas de la nature des réalisations surnaturelles. Si les oiseaux capturent rarement les guêpes, c’est pour la simple raison que ces dernières sont venimeuses. [Cette utilisation du mimétisme est fréquente ; parmi d'autres exemples : Allobates zaparo, inoffensive, imite les taches rouges d'Epidobates bilinguis, toxique]. Cette propriété étant invisible, le mécanisme d’inhibition fonctionne très simplement comme si tous les insectes aux stries noires et jaunes étaient des guêpes ; les syrphes et autres insectes mimétiques de la guêpe doivent injustement leur vie insouciante à cette simplification”. “L’argument de Westermarck est donc biologiquement légitime quand il affirme que la nature voit dans la familiarité de la petite enfance un signe suffisant de consanguinité, tout comme les stries noires et jaunes signifient poison ; l’inhibition, biologiquement inutile du mariage avec une sœur adoptive aurait même valeur que l’abstinence de syrphes chez les oiseaux” (85).



Le mimétisme repose ici sur l’utilisation des couleurs aposématiques, les oranges et les rouges, et se double souvent d’un mimétisme de comportement (mimétisme batésien et müllerien) ; son efficacité vaut pour différentes classes de prédateurs. Mis en évidence en 1862 par Henry Bates, le mimétisme appuie la théorie de la sélection naturelle dans l’Origine des espèces.



Un exemple classique de cette “connaissance naturelle” est donné par l’observation du développement des jeunes dans les kibboutz israéliens (Spiro, 1958) où sont récusées les ségrégations et les injonctions de l’éducation “bourgeoise” et où l’on peut constater que dans la nature d’une nature débridée, libérée des conformismes moraux, il existe une singulière inhibition. “Les enfants d’un établissement, expose Bischof, grandissent dans leur groupe d’âge ; les salles de séjour, les dortoirs et les salles de bains sont en principe partagés par les deux sexes jusqu’à douze ans environ, il n’y a aucun signe d’embarras entre eux ; au contraire, ils se livrent très tôt à de nombreux jeux hétérosexuels dans les dortoirs comme en public. Cela est admis par les adultes pour favoriser un comportement sexuel non réprimé. Cependant une tendance croissante à la gêne, plus marquée chez les filles, fortement teintée d’antagonisme à l’égard de l’autre sexe, se développe au seuil de la puberté envers des sujets du même groupe. Les filles refusent les douches communes et tentent de cacher leur nudité aux garçons ; leur intérêt se tourne alors vers des jeunes gens de l’extérieur. Pour autant qu’[on] puisse savoir, il ne s’est jamais produit aucun mariage à l’intérieur de ces groupes d’âge ni de relations sexuelles entre leurs membres devenus adultes. La raison invoquée par les adolescents eux-mêmes serait qu’ils se sentiraient comme “frères et sœurs”. Ces données (Spiro, op. cit. : 347-8), souvent citées, constituent, selon Bischof, “un parallèle évident des mécanismes de rejet et d’inhibition des relations sexuelles intra-familiales” (Bischof, 1978 : 87). Une autre illustration, classique elle aussi, est fournie par l’étude du “mariage mineur” à Taïwan où la préférence va à l’“étrangère” (Wolf et Huang, 1980). Ainsi peut-on comprendre encore comment l’affinité crée la parenté et que les mêmes interdits s’appliquent aux consanguins et aux affins. Même quand le mariage proche est recherché, la fraternité de lait, les "germains de lait" fussent-ils étrangers, interdit généralement le mariage. L'"affaire Woody Allen" ne tire pas seulement son parfum de scandale du court-circuit générationnel du gagman-réalisateur ("Mon père sortait avec ma mère, il sort maintenant avec ma sœur", dira le frère de Soon-Yi, fille adoptive de Mia Farrow, épouse de Woody Allen), elle répugne à la morale commune pour qui, sans autre forme de procès, l'enfant élevé dans la proximité familiale est, de ce fait, un consanguin.

La préférence irait donc à l’“étranger”, “le piment étant toujours plus fort ailleurs”, selon un proverbe malgache (le piment de la différence pouvant être, exemplairement, un pigment de la différence ; ou la fragrance équivoque, repoussante et attirante à la fois, d'un métabolisme autre (tel celui des bata [butter] kusai, expression visant, au Japon, l'indice signalétique de l'acide butyrique – les occidentaux en l'espèce – dans le spectre des identités). Que l’intimité familiale secrète une humeur anti-érotique – ce que les Sambia formulent en remarquant comme un fait matériel que “le pénis des Sambia ne se lève pas pour leurs sœurs” (“le pénis d'un homme ne se lèverait pas pour ses sœurs de clan” ou pour des femmes de sa familiarité : “familiar females”) (Herdt, 1981 : 176) ; qu’il existe une “loi non écrite” (Platon, Lois, VIII, 838 b) qui neutralise naturellement (“non pas contre le gré, mais d’aussi bon gré qu’il est possible” et cela “même chez les hommes les plus mauvais”) l’attrait sexuel de la beauté dès qu’il s’agit de proches (et qui “nous garde de dormir à côté de nos fils et de nos filles”) : “c’est là un désir qui ne vient même pas à l’esprit de la plupart des hommes” ; que l’érotisme familial entrave le simple développement individuel – une jeune femme victime d’incestes répétés déclare : “L’inceste est une prison. C’est une prison” (T.F. l, le 6 mars 1984) ; qu’il existe une anaphrodisie de la proximité et de la familiarité, ce sont là des données qu’il est facile d’illustrer d’observations tirées du quotidien. La question est évidemment de savoir par quel canal passe cette instruction qui, bien entendu, relève de la connaissance, mais qui se développe dans des effets aussi peu volontaires que l’absence de goût, de curiosité ou d’intérêt, etc. Il est tentant de suivre ici l’image qu’empruntait la théologie du Moyen Age quand elle définissait la liberté de mariage à partir du seuil où “s’éteint l’odeur de la parenté”, prônant la valeur missionnaire de l’exogamie et fixant la limite inférieure de la proximité matrimoniale par l’exercice symbolique d’un sens naturel.



“Un Blanc, près d’une Blanche. Il vaque. Sa mère était blanche,
comme ses sœurs sont blanches, ainsi que ses cousines. Résultat : il prétend savoir ses blanches sur le bout des doigts et ne s’inquiète que des merlettes non communes. Que survienne une almée rare, noire des cheveux aux chevilles, noire comme une fourmi noire sur une pierre noire, dans la nuit noire le silence opaque de sa peau constitue à lui seul une instruction qu’on a envie d’avoir. Aussitôt des ailes de poète poussent à l’homme hâve, le voilà bouleversé, altéré par la couleur de l’invisible, happé par la force de l’étrange.”
(A. Ferry, Le Devoir de rédaction, 1993)

Quædam me cupit, – inuide Procille ! –
loto candidior puella cycno,
argento, niue, lilio, ligustro :
sed quandam uolo nocte nigriorem,
formica, pice, graculo, cicada.
[...]
(Martial, Épigrammes, 1, 115)

"Une quelqu'une me désire (sois jaloux Procillus !) :
elle est plus blanche que le cygne sans tache,
que l'argent, que la neige, que le lys, que la fleur du troëne.
Mais j'en aime une autre qui est plus noire que la nuit,
que la fourmi, que la poix, que le choucas, que la cigale [...]"

...


Histoire d’amour

Jacqueline et André ont connu une enfance malheureuse, d’abord à l’Assistance publique, puis “placés”, lui en foyer, elle en famille nourricière. Ils se sont rencontrés sur le tard : lui vingt-sept ans, célibataire ; elle vingt-deux ans, divorcée à dix-huit ans après six mois d’un mariage malheureux. Ils sont tombés amoureux petit à petit car il a fallu deux ans pour “s’apprivoiser”. Cela fait maintenant cinq ans qu’ils vivent ensemble, enfin heureux, et une petite fille vient de naître de ce bonheur inespéré. Ils voudraient se marier pour que leur enfant soit reconnu officiellement par la société et porte leur nom. Mais le mariage est hors de question dans l’état actuel de la législation française, car ils sont frère et sœur.
L’histoire, racontée avec infiniment de pudeur dans le magazine “Vendredi" grâce au reportage réalisé avec beaucoup de doigté par Mireille Dumas et Dominique Colonna, n’est pas banale. Et elle pose des questions redoutables. D’abord sur l’inceste, ce dernier tabou qui nous vient du fond des âges - tenace et troublant - surtout celui que les spécialistes appellent la “zone d’horreur”ou l’“inceste absolu”, c’est-à-dire entre parents et enfants ou entre frères et sœurs.
Mais peut-on véritablement parler d’inceste lorsqu’il s’agit d’un couple, fussent-ils frère et sœur, qui se sont rencontrés pour la première fois à l’âge adulte ? Il y a le problème des enfants nés de telles unions incestueuses, mais le risque est minime. “Vos chances d’avoir (un) enfant anormal sont multipliées par quatre” les a prévenu le médecin. Or le risque existe surtout si les rapports consanguins se répètent d’une génération à l’autre, et les recherches modernes en génétique tendent à relativiser l’idée que la procréation endogénique est nuisible à la santé de la race. D’ailleurs l’inceste est pratiqué couramment chez beaucoup d’espèces animales.
Sur le plan juridique, ensuite; la France se trouve dans la situation paradoxale où, contrairement à la Grande-Bretagne ou à la Suède, l’inceste n’est pas un délit (il n’est considéré que comme une circonstance aggravante dans le cas de viol ou d’attentat à la pudeur) mais ou des frères et des sœurs de sang ne peuvent se marier, alors que des dérogations à cette interdiction ont été accordées en Suède. D’où la lettre adressée au président de la République, qui termine l’émission, dans laquelle Jacqueline et André “afin d’éviter à notre enfant de vivre et de subir, un jour, la même situation que nous-mêmes”.
Sur le plan moral, enfin, on peut se demander justement où est l’intérêt de l’enfant né d’une telle union. Jacqueline et André sont lucides, mais un enfant est essentiel à leur bonheur : leur désarroi lorsqu’ils évoquent un premier avortement, décidé sous la pression de leur entourage, est un des moments forts du film. Ils savent qu’“un enfant, c’est un juge sévère”, comme le rappelle leur sœur aînée Françoise. Mais l’amour est le plus fort. Et leur histoire n’est pas une histoire d’inceste, c’est une histoire d’amour.

“Les liens du passé” FR3, vendredi 14 septembre, 20 h 35.
Le Monde du 14 septembre 1984, à la rubrique “Communication”



L’“odeur de la parenté”. Tout un programme auquel les travaux sur la communication chimique dans le monde animal (sur les phéromones qui véhiculent les messages chimiques de la communication animale), donnent consistance. Et ce, d’autant plus que, depuis le début des années quatre-vingt, on sait que l’homme ne possède pas seulement un nez “conscient” chargé d’identifier les odeurs, mais aussi un organe qu’on croyait fossile et inactif, l’organe voméronasal que certains chercheurs définissent comme le “nez sexuel” et dont la fonctionnalité est bien identifiée chez les rongeurs. Quoi qu’il en soit de cette finalité, discutée chez l’homme – et il est évident que le pouvoir de la double articulation, cette “pulsion instinctive de l’homme à disposer du langage”, pour user de l’expression de Darwin, est autrement de conséquence, comparé au pouvoir de l’odeur – il est frappant de constater le rôle que certaines traditions, coutumes ou proverbes attribuent à la sueur, par exemple, dans l’empreinte sexuelle et dans la séduction. L’anthropologie culturelle et l’anthropologie des mœurs peuvent ici nous être de quelque secours. L’observation, faite dans les monastères de femmes ou dans les internats, de la synchronisation des cycles menstruels (voir
: L'"effet McClintock" et effets apparentés), plus spectaculairement, la remarque, faite par une biologiste travaillant sur les Bonobos, Pan paniscus, d’une telle synchronisation chez les XX engagées dans l’étude, ou celle de la régulation du cycle menstruel et de la fécondité par l’effet d’une phéromone synthétisée au niveau des glandes mammaires de l’homme et résultant de la simple proximité, posent la même question de l’activité de cet organe voméronasal.


• L’appareil olfactif se signale par une exception qui le distingue des autres systèmes sensoriels : l’absence de relais thalamique ; l’information est directe de la muqueuse olfactive au paléocerveau, dénommé rhinencéphale (cerveau-nez) par Turner en 1880. Le paléocerveau intéressant à la fois l’olfaction, l’émotion et la mémoire (circuit de Papez).
Le jugement relationnel est affaire de nez, dit-on, ce qui témoigne, de manière empirique, du rôle de l’odeur dans la régulation de la proximité et des engagements affectifs. On parle, sans y penser – et sans penser aux larmes de Myrrha – de “parfum d’inceste”.
• La myrrhe, secrétée par le balsamier,
Commiphora myrrha, est faite des larmes de Myrrha, qui par ruse et à la faveur de l'obscurité, s'unit incestueusement à son père. De cette union naît Adonis (qui sera changé en anémone – fleur sans parfum),
alors que Myrrha a été métamorphosée en arbre.
"Bien qu'ayant perdu, avec son corps, ses sentiments d'antan, elle pleure cependant, et des gouttes tièdes s'écoulent de l'arbre. On prise grandement ce genre de larmes, et la myrrhe que distille l'écorce tient son nom de celle qui la produit, nom qu'aucun siècle ne taira." (Ovide, Métamorphoses, X, 499-502)


Naissance d'Adonis

En Grèce, on oignait les jeunes mariées de myrrhe et on les ceignait de myrte, parfums réputés stimuler le désir et lever les empêchements de distance. (Empêchement dû à l'éloignement quand les protagonistes sont étrangers, à la proximité quand ils sont parents – tel en ce "parfum de scandale" visé plus haut.) Le vase à parfum (alabastre) est l'un des objets arborés par le cortège nuptial. Pour conférer davantage d'efficacité à la grève du lit qu'elles ont engagée pour convaincre leurs maris de faire la paix, les femmes de Lysistrata déploient toutes les ressources de leur séduction, "petites tuniques safranées, parfums (myra), chemisettes diaphanes..." (v. 46-47). Une femme nommée Myrrhine s'emploie à mettre son homme à la torture en le laissant en plan après l'avoir consciencieusement "allumé" ("fait rôtir" v. 839 et 844), l'abandonnant dans un état d'éréthisme insupportable ("reins", "lombes", "testicules" et "dard" en feu) (v. 865-979). La fragrance de la myrrhe est ainsi réputée exercer une attirance érotique si forte (à l'inverse de la puanteur des femmes de Lemnos – exhalée par leur bouche, leurs aisselles ou leur sexe – qui éloigne tous les hommes) qu'elle est en mesure de neutraliser le discernement, comme le conte l'histoire de Myrrha.
"Ce fut une des Furies, armée de sa torche infernale, qui souffla sur toi les poisons dont ses affeux serpents étaient gonflés. La haine pour un père est un crime pour ses enfants, mais l'amour que tu éprouve est cent fois plus odieux. Tous les princes de l'Orient se disputent ton cœur et ta main. Parmi tous ces amants, choisis un époux ; n'excepte que celui qui t'a donné le jour. (311 s.)
C'est pendant les fêtes de Cérès, quand les femmes sont indisponibles, que la fille prémédite et commet l'impensable.
"C'était le temps où les femmes en longs habits de lin, célébraient les fètes de Cérès et offraient à la déesse les prémices des fruits et des premiers épis. Pendant les neuf jours sacrés, elles devaient s'abstenir de la couche nuptiale." (431 s.)
L'histoire capiteuse, écervelée, frénétique de Myrrha illustre une indistinction panmictique extrême en ces jours où la ségrégation des sexes (Castus cereris) est de rigueur.
• Cette forme d’absence de distinction qu'est l'inceste peut ainsi résulter de la neutralisation (par la fragrance d'un parfum), ou de la défaillance, de cet outil d'administration de la bonne distance entre les humains qu'est le nez. Les Natchez (visités par Chateaubriand) opposent les “Soleils”, les “Nobles” et les “Honorables”, trois groupes exogamiques, aux “Puants” qui pratiquent l’endogamie…
• La production des glandes apocrines relève du déterminisme hormonal et il est notoire que les capacités olfactives dim
inuent avec la climatérique (“Vieille comme tu es ! te parfumer ainsi !” - Archiloque, frag. 237 ; c'est parce qu'il est redevenu jeune marié que le vieux la Vigne s'entend louer de s'être "frotté de parfums" par le chœur de la Paix - 861-62 - avant de s'unir à la déesse de la prospérité retrouvée, Opora). L'identité sexuelle (âge, genre, statut) porterait aussi une information olfactive assignant place et fonction.



Beaucoup de nos semblables n’étant pas satisfaits de la forme de leur nez et ayant recours à la chirurgie esthétique, les chercheurs peuvent disposer en quantité (?) des cellules de cet organe mystérieux, situé sous l’arête du nez, dans une cavité localisée en avant de la muqueuse olfactive. Il a pu ainsi être établi que ces cellules, en effet, réagissent à la sueur humaine en émettant des signaux électriques, ce qui est une condition préalable à une transmission de l’information au cerveau – qui n’est pas démontrée. Je voudrais terminer avec ces spécialistes de l’organe voméronasal que sont les souris (du moins les chercheurs les utilisent-ils, entre autres objets, à cette fin), car elles viennent compliquer le tableau que j’ai présenté. Les souris mettent en effet à la question l’hypothèse ici résumée d’une “anaphrodisie” engendrée par la familiarité (par la proximité et non par la parenté, sauf à admettre l’uniformisation de l’identité olfactive dans une imprégnation commune ou la dénaturation de la capacité diacritique en cause…) dans la mesure où elles sont capables, ces surdouées de l’OVN, de soumettre leurs partenaires non pas seulement à un “test” de proximité, mais à un “test” de ressemblance génétique, prenant à la lettre la proposition : “c’est l’odeur qui fait la parenté”, la perception olfactive équivalant à la lecture d’une carte d’identité génétique. Cette reconnaissance s’opère vraisemblablement par l’interprétation des gènes d’histocompatiblité que le système immunitaire exprime pour reconnaître le soi et le non-soi. Ces signaux moléculaires sont évidemment des indicateurs de la proximité génétique (toutes les cellules d’un même organisme doivent savoir qu’elles sont “sœurs”) et ce sont des protéines issues de ces signaux qui, en passant dans les urines, transmettent aux souris l’“odeur de la parenté génétique”. (On peut noter ici qu’une façon plaisante d’expliquer l’absence de mariage, à laquelle j’ai fait allusion plus haut, entre jeunes gens du même kibboutz consiste à dire qu’“il est difficile de tomber amoureux lorsqu’on a passé trop de temps ensemble sur le pot de chambre”...). Que nous “disent” les souris, qui s’accouplent préférentiellement avec des partenaires génétiquement dissemblables ? Que c’est le non-soi qui est sexuellement intéressant, parce que conforme au plan de la reproduction sexuée.




Organe voméronasal

On a écrit qu’il pouvait y avoir des accommodements même avec le ciel : la culture permet des accommodements même avec la génétique. On se marie en réalité au plus proche – alors que c’est l’“exotique” qui est sexuellement valorisé. Le mariage idéal résidant vraisemblablement dans l’extériorité la moins lointaine, comme semble l’indiquer la fréquence du mariage entre cousins – ce que des observations du règne animal, mutatis mutandis, paraissent aussi établir (Bateson, 1979 et 1982). Ce qui paraît constituer un compromis entre l'intérêt privé et la "sélection de parentèle" (Hamilton, 1964). C’est d’ailleurs dans les sociétés les plus “évoluées” que se trouvent légalisées les unions les plus scabreuses. “Si nous n’étions pas au fait de la coutume du mariage du frère et de la sœur chez les Égyptiens, écrit Sextus Empiricus dans ses Hypotyposes pyrrhoniennes (III, 24, 234), nous aurions affirmé à tort que c’est en vertu d’une opinion universelle qu’il est défendu aux hommes d’épouser leur sœur.” Ce type de mariage, bien documenté pour la période romaine dans la région du Fayum (Hopkins, 1980 ; voir in fine : 13.2), montre que les raisons patrimoniales, qui justifiaient, en Grèce, le mariage de la fille, précisément nommée épiclère (litt. “à la tête du kléros”, le patrimoine ; voir in fine : 13.2) avec le frère du père ou le fils du frère du père, peuvent avoir raison de l’“opinon universelle”. La nécessité, les contraintes démographiques, la volonté d’ajuster la reproduction aux ressources (vide supra : chapitre 6 init., pour la Grèce ancienne ; e. g. Aristote, Pol. II, VII, 5 : quand le législateur règle la fortune des citoyens, il doit aussi fixer le nombre des enfants), ne sont évidemment pas étrangères aux formes du mariage, de la dévolution et de la sexualité. Qu’on pense :
- au destin des cadets,
- à celui des filles sans dot (“J’aime mieux l’épouser qu’un couvent”, pourra ainsi dire la future Madame de Maintenon de l’égrotant et sarcastique Scarron – supra : 12.6 – , atteint d’une spondylarthrite qui l’immobilise sur une chaise d’infirme et de vingt-cinq ans son aîné),
- au célibat des moines – le moine tibétain pouvait hériter de la veuve de son aîné si celui-ci décédait sans enfant,
- à la solitude ou à l’insociabilité congénitale du valet de pique (ce “pouilleux”, dans le jeu éponyme [jeu, dit aussi du "vieux garçon", consistant à former des paires dans un jeu de cartes dont on a retiré tous les valets excepté le valet de pique], pendant dévolutif de celui de Lévi-Strauss), à qui sa position économique, en réalité, interdit tout établissement matrimonial, sans postérité parce que sans moyens,
- à tous ceux qui sont condamnés à se reproduire entre eux : à ce pessimisme vital qui justifiait la bougrerie (ou le malthusianisme) des Bogomiles et des Cathares (engendrer une nouvelle enveloppe corporelle, c'est créer une nouvelle prison pour la lumière divine ; multiplier les hommes, c’est multiplier le mal)...
Aristote, dans sa comparaison de la constitution de Sparte et de la constitution de Crète expliquait ainsi l’homosexualité : “Pour la restriction de consommation qu’il juge utile, le législateur a nombre de vues ingénieuses ; pour l'isolement des femmes, afin qu’elles n’aient pas trop d’enfants, il a permis les relations homosexuelles” (Pol. II, X, 9) ; à Sparte encore, d’après Athénée (602 f), “la coutume [voulait] qu’avant le mariage, on s’unisse aux filles comme si c’étaient des garçons” ; une plaisanterie d’Aristophane souligne cette préférence des Spartiates pour le “derrière” (la croupe, tôgkuklon), quand les Athéniens préfèrent le “devant” (kusthos, les parties sexuelles) (Lysistrata : v. 1162 et v. 1158).


Une contrainte des sociétés stratifiées selon Robert Challe
(qui interprète la spécialisation des castes en vertu des règles de succession) :

"Le démon de l'ambition suit partout sa même politique. Qu'un homme de qualité en Europe ait plusieurs enfants, l'aîné soutient la dignité de la famille, le second est destiné à l'épée, c'est un chevalier de Malte, & le troisième est monsieur l'abbé. Qu'un banian ici ait plusieurs enfants, l'aîné soutient le négoce & le trafic du père, le second se met parmi les neyres ou gens de guerre, & un autre se rend bramène, ou prêtre des idoles."

Robert Challe,
Journal d'un voyage fait aux Indes orientales, II, Août 1690 - août 1691, pp. 14-15 (Mercure de France, 1983)


Les ordres du clergé apparaissent ici, au-delà de l'idéal ascétique, comme une institution refuge où l'homosexualité a valeur emblématique. La sexualité des "purs" visée plus haut est congruente avec le droit patrimonial de l'Eglise et les frasques des "princes de l'Église" sont anecdotiques dans la mesure où elles n'engendrent normalement pas de conséquences successorales. (L'homosexualité n'est d'ailleurs qu'une forme de la chasteté si celle-ci a pour raison, à travers le rejet de la femme, l'incapacité juridique à procréer et à posséder domestiquement, propre aux religieux.)


Le fondement des "unions de même sexe" (Boswell, 1980 et 1994) [Boswell, John, Christianity, Social Tolerance and Homosexuality, Chicago, University of Chicago Press, 1980 et Same-Sex Unions in Pre-Modern Europe, New York, Villard, 1994] tient pour partie dans la nature spécifique des biens de l'Église, personne morale dont la transmission patrimoniale ne suit pas les voies de la reproduction sexuée (c'est l'adage "L'Eglise ne meurt jamais"). En déclarant à l'hebdomadaire Der Spiegel du 18 février 2008 que "le lien entre la prêtrise et le célibat n'[était] pas un impératif théologique", l'archevêque de Fribourg-en-Brisgau, nouveau "pape" de l'Eglise allemande, Mgr Zollitsch, paraît prendre acte de cette donnée juridique. En effet, cette abstention matrimoniale est (aussi) fondée sur une incapacité patrimoniale et successorale. L'âge canonique requis pour être bonne de curé se justifiant au moins autant par des raisons climatériques qu'érotiques. (Cette déclaration, dans l'air du temps, fait toutefois peu de cas de la signification théologique de l'ascèse du prêtre ; voir : Note sur le destin marial du prêtre : l'ascèse terrestre de l'homme de Dieu.)

La Réforme, qui entend mettre fin à l'opposition entre "spirituels" et "temporels", vise dans une même intention le patrimoine de l'Église et son mode de transmission, le célibat des prêtres. Ce que note incidemment Heinrich Heine à propos de la Diète de Worms, "le 17 [18] avril 1521", distinguant les "pensées" (les "intérêts terrestres") derrière les "paroles" : "Les princes temporels se réjouissaient de pouvoir mettre la main sur les biens de l'Église, au moyen des idées que répandait la nouvelle doctrine. Les éminents prélats délibéraient déjà s'ils n'épouseraient pas leurs cuisinières, pour léguer à leurs descendants mâles leurs électorats, leurs évêchés et leurs abbayes [...]. (
De l'Allemagne, 1835, 1ère partie, p. 39).

Dépréciation de la femme et de la nature, interdiction de procréer, communautés de même sexe : l'homosexualité apparaît comme un corollaire logique et presque nécessaire de l'èthos institutionnel de l'Église. Perversion ou apostolat, la part notoire, dans les ordres du clergé (et spécifiquement dans les activités éducatives, les chorales, les patronages...), de ce que l'on appelle, les temps ayant changé, les "prédateurs sexuels", autrefois tolérés ou dissimulés par les autorités religieuses, n'est donc pas le fait du hasard. Les instructions contenues dans
Crimen sollicitationis*, rédigées par le cardinal Ratzinger en 1962, qui peuvent être comprises comme une obstruction à la justice civile en cas d'abus sexuel commis par des membres du clergé, dénotent au moins une pratique du secret, ou un recours à une juridiction de droit privé, une sorte de bénéice de clergie qui excepte les ecclésiastiques de l'éthique domestique ordinaire. L'enfant mazouté par un curé abuseur avait peu de chance de faire entendre sa voix et encore moins d'ester en justice sous un tel apostolat.

Mais l'homosexualité, élection naturelle à cette chasteté patrimoniale visée plus haut, fait aujourd'hui question dans un environnement juridique dévoué à la protection de l'enfant (– quand l'individu fait idéalement sa vie hors hérédité, héritage et succession). Une dépêche de Reuters du 30 octobre 2008 rapporte que "le Saint-Siège estime que la détection précoce de problèmes psychologiques 'parfois pathologiques' chez les candidats à la prêtrise permettrait d'éviter les scandales d'abus sexuels qui ont sali ces dernières années l'image de l'Eglise catholique". Un document publié par le Vatican annonçant l'instauration de "tests psychologiques pour les séminaristes", constate que "certaines formes d'immaturité incluent de fortes dépendances affectives, un manque certain d'indépendance dans les relations, une rigidité excessive de caractère, un manque de loyauté, une identité sexuelle incertaine, des tendances homosexuelles profondément ancrées, etc. Si cela devait être le cas, le chemin de la formation devra être interrompu". Interrogé en conférence de presse à ce propos, le cardinal Zenon Grocholewski, préfet de la Congrégation pour l'Education catholique, a déclaré que l'homosexualité était "une déviance, une irrégularité et une plaie" qui empêchait les prêtres d'accomplir correctement leur mission.

*[http://news.bbc.co.uk/1/shared/bsp/hi/pdfs/28_09_06_Crimen_english.pdf]


Diriger la sexualité vers le “sexe stérile” (Lucien, Amours, 30) (une “semence improductive” “dans des rochers ou dans des pierres où jamais [elle] ne prendra racine” - Platon, Lois, VIII, 841d et 838e), c’est aussi se prémunir contre la fatalité du partage, ce que les mariages proches, les unions obliques et, superfétatoirement, le mariage du frère et de la sœur ont pour objet de réaliser. La pathologie de la culture à laquelle j’ai fait allusion en commençant, avec ces incestes – hors la loi ceux-là – si peu exceptionnels chez cette exception naturelle qu’est l’homme, démontre aussi, et de manière critique, sa liberté quant aux injonctions de la nature et la labilité humaine de la règle universelle par excellence.

Quoi qu’il en soit, on est évidemment assez loin du dispositif souverain imaginé par Tylor et Lévi-Strauss puisque (pour simplifier), d’une part, certaines de ces observations – si elles sont confirmées – paraissent battre en brèche l’idée que l’homme se serait définitivement affranchi de ces inducteurs du comportement que sont les phéromones et que, d’autre part, sa liberté tiendrait autant aux exceptions à cette règle qu’il se serait fixée qu’à son observation. Mais cette discussion – savoir, notamment, comment les agencements culturels prennent en compte, dans les stratégies d’alliance, ce fait premier de l’évitement de l’inceste, comment “ces dernières se superposent, en les intégrant, aux structures, plus simples qu’elles-mêmes, de la vie animale”, selon les termes mêmes de Lévi-Strauss – qu’une anthropologie attentive ne peut éluder, déborde évidemment les limites de cet exposé.


(Communication présentée au colloque “Mariage - Mariages”, Palais du Luxembourg et Université Jean Monnet, Sceaux, mai 1997.)

Plan du chapitre :

A) Quelques données sur la prohibition de l’inceste : sur la culture de l’espèce
Communication présentée au colloque “Mariage - Mariages”, Palais du Luxembourg et Université Jean Monnet, Sceaux, mai 1997.

B) Transmettre le patrimoine génétique, transmettre le patrimoine économique : paradoxes de la reproduction
Communication présentée au colloque “Familles–Parentés–Filiation” (Hommage à Jean Gaudemet), Palais du Luxembourg et Université Jean Monnet, Sceaux, juin 2005.

C) L'"effet McClintock" et effets apparentés (dossier pédagogique)

D) Duchenne de Boulogne : Éléments pour une archéologie des émotions (1)

E) L'Expression des émotions chez l'homme et l'animal, Charles Darwin (1872) : Éléments pour une archéologie des émotions (2) (Note de lecture)

F) Les fondements neurologiques de l'expression des émotions et de la communication : Éléments pour une archéologie des émotions (3)





Rechercher dans :
http://www.AnthropologieEnLigne.com