Accueil
Madagascar
Réunion
Copyleft : Bernard CHAMPION
1 Éléments d'Anthropologie du Droit
Avant-propos : Philippe LABURTHE-TOLRA Doyen honoraire à la Sorbonne
Préface :
Norbert ROULAND Membre de l'Institut Universitaire de France

présentation avant-propos préface introduction plan
index analytique références table illustrations
1- Le souverain juge
2- “Pourquoi le sang de la circoncision...”
3- Dessin du dessein
4- “Authentique ! sans papier !”
5- L“Âme du Mil”
6- “Il faut se battre pour la constitution...”
7- Rire et démocratie
8- Sur l’innovation
9- La “culture des analgésiques”...
10- Du “mariage arrangé” à l’“amour-passion”
11- Du mythe au roman, de la Patrie à la Filisterie
12- La chimie du rire
13- Quelques données sur la prohibition de l’inceste
14- Morale et handicap
15- Le juge, de quel droit ?
16- Droit au sol et mythes d'autochtonie
17- Habiter, cohabiter : sur l’exemplarité
18- Le territoire de la langue : les deux natures
19- Enquête sur la forme humaine : 1
20- Enquête sur la forme humaine : 2
21- Enquête sur la forme humaine : 3


présentation
PROCHAINEMENT :
une présentation raisonnée des pages WEB
qui composent ce site
sous forme d’un ouvrage électronique téléchargeable
(350 Mo, 1719 pages au format A4)
voir SOMMAIRE

anthropologieenligne.com : unité de l’homme et diversité des cultures


Chapitre 9

Présentation du chapitre :

L’objet du chapitre est de produire quelques données représentatives de l’individualisme contemporain (9.1). On présente, par contraste et succinctement, les valeurs initiatiques (9.2) , puis éducatrices (9.3), idéalement développées dans ce que Georges Devereux a proposé d’appeler la “pseudo-homosexualité” grecque. Le propos étant la recherche d'invariants éducatifs et la mise en vedette des attendus de l'éducation libérale, ces valeurs sont de nouveau caractérisées par des données ethnographiques et archéologiques concernant des procédures initiatiques et des mythes de souveraineté associées à l'établissement de la différence des sexes (9.4 et 9.5).
Première partie 9.1 : “La culture des analgésiques et l’individualisme : quelques données pour une approche anthropologique et culturelle de la douleur” ;
Deuxième partie : 9.2 : “L’homosexualité en Grèce ancienne : une préparation au mariage” ;
Troisième partie : 9.3 : L’homosexualité pédagogique : pour disposer au platonisme ? La transmission de l'humeur virile et la naissance de la philosophie”;
Quatrième partie : 9.4 (cette partie comporte trois pages : 9.4, 9.41 et 9.42) : “Quelques données ethnographiques sur l'homosexualité initiatique” (Grèce, Soudan et Nouvelle-Guinée) ;
Cinquième partie : 9.5 : “Un Œdipe sans complexes : souveraineté, pédagogie et différence des sexes”.
Sixième partie : 9.6 : “L'Unique et sa propriété”.

N. B. Les principales références sont reportées en fin de chapitre 9, soit page 9.5.

4ième partie :

Quelques données ethnographiques
sur l'
homosexualité initiatique

III - 9.41

(suite de 9.4)

(Repris et développé d'une thèse de doctorat soutenue en 1989 à la Sorbonne, op. cit.)

Une difficulté s'élève, toutefois, si nous gardons à l'esprit la signification de la caricature d'Aristophane : comment l'apprentissage de l'intégrité corporelle et morale peut-il s'accommoder d'un moyen d'administration qui en dénie la réalité ? "Chez l'homme libre, argumente Sénèque dans ses Controverses, la passivité sexuelle [...] est un crime, chez l'esclave une obligation, chez l'affranchi un service." Le passif est un incapable juridique et social. Le traitement infligé, à Athènes, à l'homme adultère surpris en flagrant délit (vide supra : dans le passage cité des Nuées : épilation – paratilmos, nates moecho depilabantur calido cinere – et supplice dit raphanidôsisraphani vel mugiles in podicem immittebantur, est-il exposé à l'article adulterium du Daremberg et Saglio - 1877), les gestes et les expressions qui dévalorisent l'homosexuel passif montrent des significations que toutes les cultures ont en commun parce qu'elles expriment, vraisemblablement, un fait de nature. Les travaux de Zuckerman (1932, The Social Life of Monkeys and Apes, London), Wickler (1966 : "Ursprung und biologische Deutung des Genitalprasentierens mannlicher Primaten", Z. Tierpschol. 23 ; 1967 : "Socio-sexual Signals and their Intraspecific imitation among Primates. Primate Ethology, D. Morris, ed. Londres), Fehling (1974, Ethologische Uberlegungen auf dem Gebiet der Altertumskunde, Munich) ont mis en évidence l'utilisation des attitudes et des symboles sexuels dans le positionnement hiérarchique et les signaux de menace et de défense. Wickler opère un rapprochement particulièrement suggestif en montrant la similarité de posture et de fonction dans l'exhibition phallique des individus chargés du guet chez certains primates et des Hermès et Priapes à qui l'antiquité attribuait (notamment) le pouvoir d'éloigner les voleurs, comme en témoignent ces vers de Léonidas de Tarente (in : Buffière, 1980 : 129) :

"Moi, Priape, je veille auprès des deux chemins,
La verge bien dressée et raide au droit des cuisses.
Théocrite possède en moi un gardien sûr :
Eloigne-toi voleur, ou tu pourrais pleurer
En recevant mon braquemart dans le derrière!"

"Je n'aurai de cesse, qu'en rétorsion, je ne me sois planté dans leur corps, plongé jusqu'à la garde, comme un jonc aigu et douloureux, afin que jamais plus ils ne foulent mes vignes" clame le pacifiste des Acharniens (230 s.) (aussi : Plutarque, Moralia : 797). Ces données montrent l'intrication de la pulsion sexuelle avec la dominance et la territorialité. En Perse, l'homme surpris dans le harem était aussitôt sodomisé par les gardiens et une semblable mésaventure est arrivée à un missionnaire chrétien possédé, lui, d'une trop entreprenante passion de convertir. En de telles circonstances, c'est bien la valeur de dégradation qui est en cause car, ainsi que le remarque T. Vanggaard qui rapporte ces faits (1972 : 101-102), il est assez improbable qu'un gardien de harem soit érotiquement affriolé par un maraud ou par un maniaque de la conversion. Si les positions respectives du receveur et du donneur, de l'intrometteur et de l'intromis, sont aussi importantes que ce qui est transmis (et sont significatives de ce qui est transmis), l'humeur virile peut-elle être transmise sans domination et infamante soumission ?


Exposition génitale ; "obstentation" et "defensive" (Montaigne)


caricature de Zeus
(couverture d'un dictionnaire de racines grecques)



Position assise, homme et femme (Hewes, G. W., "The anthropology of posture")

"[La nature] a voulu que nos appetis eussent montre et declaration prominante, ell'a faict que les leurs fussent occultes et intestins : Et les a fournies de pieces impropres à l'obstentation : et simplement pour la defensive."
Montaigne, Essais, Livre III, "Sur des vers de Virgile"

Par LEXPRESS.fr, publié le 22/04/2014 à 21:17, mis à jour le 23/04/2014 à 16:34
Des féministes turques, fatiguées par les comportements inciviques des hommes dans les transports en commun, ont lancé une campagne pour leur demander "d'arrêter d'écarter les jambes". Succès international."Serre tes jambes, n'empiète pas sur mon espace!". C'est le nom de la campagne lancée sur les réseaux sociaux par les femmes du collectifs féministe d'Istanbul IFK Feministler, le 15 avril dernier. 
Grâce aux hastags #bacaklarinitopla -serre tes jambes- et #yerimisgaletme -n'empiète pas sur mon espace-, elles tentent de dénoncer les comportements inciviques des hommes dans les transports -qui prennent toute la place en écartant leurs jambes-, mais aussi le harcèlement dont elles peuvent être victimes.  

www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/feminisme-en-turquie-arretez-d-ecarter-les-jambes-dans-les-transports_1510688.html#ty9v0YapkWhcx4Me.99 


A Scourge Is Spreading. M.T.A.’s Cure? Dude, Close Your Legs.
‘Manspreading’ on New York Subways Is Target of New M.T.A. Campaign
nytimes.com/2014/12/21




Ce qui doit être ouvert et ce qui doit être fermé.
Préparation au métier d'hôtesse.
Jeux olympiques, Pékin 2008. (David Gray/ Reuters)


"Des hôtesses patientant dans le hall du Palais du peuple lors de l'ouverture de la session annuelle du Parlement, à Pékin." (AP/Elizabeth Dalziel, 2009)

Cet invariant pouvant être démenti par les ressources du vêtement :
"Et rappelle-toi : quand une fille reçoit quelque chose sur les genoux, elle écarte les jambes, elle ne les resserre pas comme tu as fait."
Mark Twain ("Un déguisement plein d'enseignement", Les aventures d'Huckleberry Finn, ch. XI.)

Salutation des femmes Fulla
(dans Adamaua, Siegfried Passarge, Berlin, 1895 : 110)




"Monsieur Bertin", homme d'affaires
Ingres (1832)
Exposé au salon de 1833. Le public jugea la pose vulgaire.
"Il a transformé un grand seigneur en gros fermier", dira la fille du modèle.

La valeur de l'exposition génitale manifestée par le principe de l'antithèse (Darwin, 1872) – et par son exception :
Zeus, Monsieur Bertin et...


(J. M. Nicollet)
... Superman. (Assurance de l'homme qui a "de la surface" / nécessaire absence de panache
de l'homme qui a honte de son drapeau *)
*"Les Italiens ont leur drapeau entre leurs jambes" (Malaparte, La Peau)

Eric Scott (1976)



"Que vouloit dire cette ridicule piece de la chaussure de nos peres, qui se voit encore en nos Suysses ? A quoy faire, la montre que nous faisons à cette heure de nos pieces en forme, soubs nos grecgues : et souvent, qui pis est, outre leur grandeur naturelle, par fauceté et imposture ?"
Montaigne, Essais, Livre III, "Sur des vers de Virgile"

Braguette d'une armure du XVIe siècle
(extrait de Vangaard, 1972)


Bronzino, Le duc d'Urbino
(extrait de Vangaard, 1972)


Position de guet d'un Hamadryas


Hermès de Syphnos


Bali : épouvantail dans une rizière ; île de Nias : statue gardienne

Wickler, 1967 : 431 ; Faire-part de mariage d'un dénommé Wolinski - détail (1971)

Wickler, 1967 : 432
Genitalbekleidungen von Männern auf Neuguinea.

Bénédiction princière : Albert de Monaco, dans Life, Janvier 1984


Infamis digitus (carte postale)

Une association néerlandaise se mobilise contre une pratique en vogue : le doigt levé
(
Le Monde du 24 février 2007)

L'association Circulation sûre aux Pays-Bas (VVN) a lancé une mobilisation nationale contre le doigt d'honneur, pratique en vogue chez les usagers néerlandais. Une portière ouverte imprudemment, un clignotant oublié, un freinage un peu tardif ? La réponse est ponctuée, sur les routes du royaume, d'un majeur dressé ou d'un bras d'honneur, agrémentés d'un juron. De plus en plus souvent, les incidents débouchent sur des violences physiques, relève le centre d'information de l'association.
Pour réagir, celle-ci a imaginé une campagne censée importer dans le trafic la tolérance néerlandaise. Mais par quoi remplacer le doigt levé ? VVN a démarré une consultation, sur la base d'un travail effectué par des étudiants de la Haute Ecole d'Utrecht. Après mûre réflexion, ceux-ci ont proposé quatre gestes : la main posée à plat sur la tête, une main aux doigts repliés, une main faisant de petites circonférences et une main ouverte, doigts écartés, faisant admirer sa paume à celui que l'on aurait menacé.
25 000 automobilistes, cyclistes et piétons ont répondu à VVN. Une grande majorité a opté pour la dernière solution, censée traduire au mieux la compassion et le pardon.

"Les racistes" :
page de couverture du Nouvel Observateur du 25 septembre 1987

Facsimilé d'une lettre de T. E. Lawrence à Mrs George Bernard Shaw,
datée du 26 mars 1924 et parue dans le Sunday Times du 9 juin 1968.

En 1917, T. E. Lawrence s'introduit clandestinement dans la ville de Dera'a occupée par les Turcs. Trahi, il est capturé et amené à Hajim Bey (Hacim Muhiddin Bey), le gouverneur turc, qui le viole.

(Transcription dans Vanggaard : 106) :
You instance my night in Deraa, well I'm always afraid of being hurt and to me, while I live, the force of that night will be in the agony that broke me, and made me surrender... About that night, I shouldn't tell you because decent men don't talk about such things. I wanted to put it plain in the book, and wrestled for days with my self respect... which wouldn't hasn't let me. For fear of being hurt, or rather to earn five minutes' respite from a pain which drove me mad, I gave the only possession which we are born into the world with – bodily integrity. It's an unforgivable matter, an irrecoverable position : and it's that which has made me forswear decent living, and the exercise of my not contemptible wits and talents. You may call this morbid; but think the offence, and the intensity of my brooding over these years. It will hang about me whilst I live, and afterwards if our personality survive. Consider wandering among the decent Ghosts hereafter, crying 'unclean, unclean!'.



En 468, Cimon bat les Perses sur l'Eurymédon .
Le soldat perse représenté sur ce vase à figures rouges (v. 460) dit :
“Je suis Eurymédon. Je me penche en avant.”
(Hamburg, Museum für Kunst und Gewerbe)

Activité et passivité
(voir aussi 19.1 : "Et ta sœur !" Différence des sexes et territorialité et s.)


Propre à toute éducation, il y a la supériorité de celui qui enseigne sur celui qui apprend. Les positions de l'initiateur et du candidat ne sont jamais interchangeables et l'"affranchissement" de ce dernier ne s'effectue jamais sans douleur, donc sans violence. Les fourches caudines des examens (ascèse, continence, "abrutissement", soumission) donnent l'image d'un des mécanismes par lesquels les sociétés assurent la continuité des conformismes psycho-sociaux ainsi que la loi des aînés sur les cadets. La transmission de l'arétè se conformait probablement à ce schéma. Dans la jouissance des aînés à mettre en ordre ces "impurs" que sont les fils de femme, il n'y a pas seulement la réassurance de l'ordre social (nous faisons ce qu'ont fait nos aînés) et la sollicitude éducatrice, il y a aussi l'assurance de leur propre statut fait d'opposition à leurs fils ou à leurs cadets et d'opposition au groupe des femmes. Dans les sévices qu'ils imposent aux jeunes et dans les services dont ils les accablent s'expriment leurs positions respectives. Or, dans le service sexuel en question ("rendre le service", c'est le verbe utilisé par un protagoniste du Banquet de Platon, hypourgein -184 d), se trouvent conjugués la honte de la subordination et le moyen de son dépassement. La soumission à l'aîné est la condition de cette transformation qui consisterait moins dans l'effet d'un savoir communiqué que d'un processus de maturation psychique dans lequel l'adolescent se détache de son ancienne condition. Mort et renaissance du néophyte, enlevé, chambré dans l'andrie de son initiateur, selon la description d'Ephore : mort à l'égard des femmes – ayant changé de sexe, en réalité, c'est un miraculé qui revient. Le processus de cette transformation est supporté par l'identification à l'aîné et le rejet des positions féminines (la "rébellion" contre la position passive visée plus haut).

D'abord sujétion ou servitude, infligée, puis comprise et détestée quand il est clair qu'elle se justifie à l'égard de cet être inférieur ("féminin") que l'adolescent ne veut plus et ne peut plus être, la soumission devient discipline et moyen d'accès à la condition d'homme. L'historien latin Ammien Marcellin (cité par Georges Dumézil dans Heur et malheur du guerrier, 1969 : 132) écrit des Taifili (XXXI, 9, 5) que, chez ce peuple, les jeunes gens déjà pubères servent au plaisir des guerriers, apparemment sans autre limite que la durée de leurs charmes, "sauf celui qui, tout seul, capture un sanglier ou tue un ours énorme et qui se trouve alors affranchi de cette souillure". Il est clair, par cette dernière indication, que le terme et l'objet de cette pratique, c'est la prouesse qui habilite le jeune guerrier et fait de lui l'égal de son aîné. L'adulte craint et envié, ce tyran et ce modèle, est alors devenu un pair. L'imposition virile, qui transforme l'adolescent autant par ce qu'elle lui communique en "force" que par la vertu de ce psychodrame qui lui rend la passivité détestable, quand l'outrage passe l'intérêt de servir, s'achève dans un changement de sexe.


Hanc Taifalorum gentem turpem ac obscenæ uitæ flagitiis ita accepimus mersam ut apud eos nefandi concubitus fœdere copulentur maribus puberes, ætatis uiriditatem in eorum pollutis usibus consumpturi. Porro siqui iam adultus aprum exceperit solus, uel interemerit ursum immanem, colluuione liberatur incesti.
(
Ammien Marcellin, Histoire, XXXI, 9, 5.
)

"Cette nation des Taïfales est, à ce que nous avons appris, dévoyée et plongée à ce point dans les scandales d'une vie obscène que, chez eux, les jeunes gens sont accouplés à des mâles par le pacte d'un commerce sacrilège, pour épuiser leurs vertes années en se prêtant à l'usage impudique de leurs aînés. Plus tard, ceux qui, arrivés à l'âge adulte, ont tout seul soutenu la charge d'un sanglier ou tué un ours féroce, sont délivrés de la fange de cette souillure." (traduction Guy Sabbah)


Ce scénario est formellement et pédagogiquement identique à l'histoire de Cénis (Caenis, vide infra : chapitre 10 in fine), fille du roi des Lapithe, Élatos qui, violée par Poséidon, se voit offrir par le dieu un vœu en réparation : "Mon affront, répond-elle, me fait former cet unique vœu : de ne pouvoir plus désormais en souffrir de pareils. Que je ne sois plus femme, et tu m'auras tout accordé". (Ovide, Métamorphoses, XII, 201-203) Cénis devient un guerrier invincible. Impénétrable. Les lances de ses ennemis se brisaient sur son corps. Enseveli sous des troncs d'arbres par les Centaures, il se métamorphose en oiseau "au plumage de feu" (Métamorphoses, XII, 522 s.), figurant une assomption du masculin qui n'est pas sans rappeler l'apothéose d'Héraklès (vide supra : chapitre 8.132 : Guerre, sacrifice, différence des sexes). Le travestissement et le changement de sexe sont des figures typiques des initiations masculines dont Jeanmaire a reconnu la présence dans plusieurs épisodes de la geste de Thésée (vide supra : chapitre 2.6 : Thésée, chef d'initiation ?), figures dont la mue (transmutation, changement de genre) de la passivité à l'activité constitue un équivalent. De même que l'histoire d'Androgée apparaît paradigmatique du destin du garçon voué à la mort initiatique, celle d'Hyménaios (dont le nom est associé au mariage comme celui d'Androgée à l'adolescence), héros dont l'histoire est liée au travestissement et à la conquête de la fiancée, semble dramatiser ce changement de statut, quand le héros "s'est dépouillé du péplos féminin" (Antoninus Liberalis, Métamorphoses, 10, à propos de la Leucippé crétoise – il existe un Leucippe à Élée, lui aussi concerné par le changement de sexe). Ce passage était ritualisé dans la fête des Ekdysia (dévêtement) qui comportait un sacrifice à une déesse de la croissance, Léto Phytia. (Delcourt, 1958 : 11 ; 51 s.)

Rappelons que, dans l'hypothèse ici développée, tous ces actes et ces attitudes sont sous le contrôle d'une institution qui vise la promotion d'une nouvelle génération. L'adulte est responsable de la formation de celui qui est sa "création" et en qui il doit se reconnaître. Selon Plutarque, à Sparte, "les érastes partageaient la bonne et la mauvaise réputation des enfants et l'on rapporte qu'un jour, un enfant ayant laissé échapper en se battant un mot qui témoignait de la bassesse d'âme, c'est son éraste qui fut puni par les magistrats". (Lyc. 18, 8) L'éducation a pu trouver son achèvement dans cette liaison entre un adulte qui s'évertue à être un modèle et un adolescent qui s'évertue à l'imiter, et particulièrement l'éducation du courage, identifié à la virilité. C'est dans le regard de l'homme que se définit l'arrachement aux passivités "féminines". L'Amour est le seul stratège invincible, dit Plutarque (E.761 B) ; l'émulation réciproque de l'éraste et de l'éromène produit des hommes qui font front, qui meurent au combat plutôt que de présenter leur dos à l'adversaire.

"A Thèbes, l'éraste faisait cadeau d'un équipement militaire complet à son éromène quand celui-ci atteignait l'âge de l'enrôlement. En outre, un homme qui avait l'expérience de l'amour, Pamménès, y fit ranger les soldats dans les corps de troupe d'une façon toute nouvelle : il reprochait à Homère de ne rien connaître à l'amour, parce que celui-ci répartissait les Achéens "par tribus et par clans" quand il aurait dû placer l'éromène à côté de l'éraste pour qu'ils fussent ainsi rangés :
Le bouclier de l'un touchant celui de l'autre,
Et casque contre casque.
Car l'amour est le seul stratège invincible. En effet, il arrive qu'on abandonne les hommes de sa tribu, de sa famille et même, par Zeus, son père et ses fils tandis qu'entre l'éraste et l'éromène, si le dieu les anime, jamais aucun ennemi n'a pu se glisser pour les séparer l'un de l'autre. Il leur vient à l'esprit de montrer, même quand il n'en est nul besoin, leur amour du danger et leur mépris de la vie. Ainsi le Thessalien Théron appuya sur un mur sa main gauche, tira son épée et se trancha le pouce, défiant son rival en amour d'en faire autant. Un autre, dans une bataille, étant tombé le visage contre terre, supplia son ennemi qui allait le frapper d'attendre un instant pour que son éromène ne le vît pas recevoir une blessure dans le dos." (Plutarque, E. 761 B-C)

La tradition grecque associait la pédérastie à l'éducation de la bravoure et de la liberté, par l'histoire des "tyrannoctones" notamment. Cette éducation a la passivité pour contraire, l'éromène étant le contraire d'une femme : "Périandre, tyran d'Ambracie, demanda un jour à son éromène s'il n'avait pas encore commencé sa grossesse. Celui-ci, sous l'effet de l'injure, le tua" (E. 768 F). Ceux qui acceptent, lit-on encore dans Plutarque, de "jouer le rôle passif sont rangés dans la catégorie des êtres les plus vils", se "laissant saillir et engrosser à la façon des quadrupèdes" (E. 768 E). La soumission à l'éducateur est ainsi la forme dans laquelle se transmet et s'éduque l'activité. Sous peine d'échec, cette éducation ne peut entretenir la passivité. C'est donc avec nécessité que la dramaturgie initiatique à forme homosexuelle a pour condition l'asservissement à l'aîné et son dépassement. Procope rapporte des Hérules (engagés dans l'armée romaine) qu'"ils n'ont ni casque ni cuirasse, ni tout autre arme défensive, à l'exception d'un bouclier et d'un manteau épais qu'ils nouent lorsqu'ils vont au combat. Quant aux esclaves hérules, ils viennent à la bataille sans même un bouclier ; lorsqu'ils ont montré qu'ils sont des hommes braves à la guerre, leurs maîtres leur permettent de se protéger avec un bouclier". Jan Bremmer (1980 : 288-289) note à ce propos, citant Widengren (1969), que les termes en cause, "esclaves" (douloi) et "maîtres" (despotai) désignent respectivement les jeunes gens et les guerriers. Ce qui suggère des "paires" de guerriers, fonctionnelles, mais aussi éducatrices, à la manière des paires du "bataillon sacré" de Thèbes. Violé en tant que fille, mais impénétrable en tant que guerrier, tel Cénis, est-ce cette dernière preuve que le jeune Hérule doit administrer, pour cesser d'être "esclave" de son "despote" : combattre sans bouclier ?

Il est notable d'ailleurs, que, même aux temps classiques, la pratique homosexuelle, départie de sa fonction initiatique, au sens strict du mot, soit restée codée. L'alternative n'était pas, en effet, rapport chaste ou sodomie, comme on pourrait le croire. L'étude, ouverte par Klein en 1898, développée par Robinson et Fluck (1937), Beazley (1947) et par Dover (1978), des centaines de vases illustrant la courtisation pédérastique : conversations, cadeaux à l'éromène, baisers, étreintes, fait apparaître, par contraste avec les représentations où sont engagés des couples hétérosexuels, des couples homosexuels dont les partenaires appartiennent à la même classe d'âge, ou des satyres, une symbolique et une déontologie des rapports entre l'éraste et l'éromène. Klein dénombre 558 vases portant l'inscription kalos, 220 portant un nom propre (dont 30 sont féminins). Certes, il s'agit, là aussi, d'une manière de discours officiel, pris entre les conventions de la représentation graphique et sa finalité propre : la plupart de ces vases, portant une inscription proclamant la beauté d'un garçon, étaient vraisemblablement des cadeaux à l'éromène et lui proposaient un modèle à imiter, quel séducteur ne met pas en avant la noblesse et la sincérité de sa cause ?

La dissymétrie traditionnelle est respectée quand il est insisté sur le fait que la relation pédérastique doit être une relation d'enseignement, que rien n'est en réalité partagé par les deux partenaires, ni sexuellement ni moralement : "Le garçon ne participe en rien au plaisir sexuel de son amant, comme le fait une femme ; c'est du regard froid de qui n'a pas bu qu'il voit l'autre ivre de désir sexuel" (Xénophon, Banquet, 8, 21). L'eros qualifie la relation de l'éraste à l'éromène, mais c'est la philia, affect producteur d'émulation (philia est le terme employé dans le Banquet de Platon pour qualifier le sentiment d'Harmodios à l'égard d'Aristogiton - 182 c) qui caractérise la relation de l'éromène à l'éraste. Si à Athènes, la vertu des garçons était spécialement protégée par des esclaves qui leur étaient attachés, les pédagogues (Phèdre, 255 a ; Lysis, 208 c ; 223 a), c'était pour la préserver d'un échange "malhonnête". "Quand on voit les pères, déclare Pausanias dans le Banquet (183 c) mettre les garçons qu'on poursuit sous la surveillance des pédagogues, défendre à ces enfants de parler à leurs amants et prescrire au pédagogue de faire observer cette défense ; quand on voit, d'autre part, que les garçons de leur âge et leurs camarades, lorsqu'ils les voient nouer de telles relations, leur en font honte et que les vieillards, de leur côté, ne s'opposent pas à ces taquineries, n'en blâment pas les auteurs et ne leur trouvent point de tort, quand on considère, dis-je, ces procédés, on pourrait croire [...] que l'amour des garçons passe ici pour une chose indigne". C'est qu'il s'agit de discriminer l'amour noble parmi les déclarations intéressées. Cet amour ne craint pas la lumière, ni la notoriété ; il est constant, une longue cour l'a mis à l'épreuve et la fidélité lui permet de réaliser dans le temps cet échange de longue durée qui accomplit et achève l'éducation du garçon. La ténacité du poursuivant comme la résistance du poursuivi disent la nature morale de l'éraste et de l'éromène ; il est honteux, pour ce dernier, de "se rendre vite" ou de céder à la séduction "des richesses ou du pouvoir". ("Car tu es pareil aux jeunes garçons qui ont des amants : les honnêtes gens, tu les repousses et c'est à des marchands de lanternes, à des savetiers, à des cordonniers, à des marchands de cuir que tu te donnes" - Cav.736 s.)

La position canonique

L'imagerie homosexuelle (voir : Dover, 1978) reproduit les canons officiels de cette déontologie qui oppose l'amour éducateur (juste, convenable, réglé : dikaios eros - Eschine, I, 136) à l'amour dépravé (ignoble : hybris - Eschine, 1, 29 ; 185). Ainsi, la sodomie homosexuelle y est-elle le fait des satyres, et presque leur monopole, si l'on excepte un nombre limité de représentations où elle concerne des comastes. Elle n'est jamais figurée entre un adulte et un adolescent. Alors que c'est l'intérêt sexuel qui est ouvertement en cause, il est donc manifestement indiqué que l'orthodoxie pédérastique fuit comme son contraire l'infamante pénétration anale. Toutes les représentations de l'éraste et de l'éromène les campent face à face, en position debout et, quand il s'agit de représenter le coït, c'est de même : il s'agit du coït intercrural, qui se dit : diamerizein (femora diducere, Liddell and Scott, s. v. ; Dover, 1978 : 98). Ce type de copulation engage, d'une manière générale, un adulte et un adolescent. En B 634 (in Dover, 1978), un coït homosexuel représenté dans une série hétérosexuelle est le seul à montrer les partenaires vis-à-vis et debout, dans une position qui préserve une sorte d'égalité des partenaires. Le souci de dénier la subordination physique de l'éromène à l'éraste exprime-t-il un renversement de la perspective dans laquelle l'aîné prend possession du corps du garçon pour en faire un adulte ? Dans la publicité que ces vases font d'un rapport dans lequel l'éraste est le "quémandeur" – et non plus le ravisseur, c'est lui qui est "ravi" –, dans cet amour qui "rompt les membres", quand l'amant qui aperçoit le garçon qu'il aime "tremble comme un coq vaincu à l'aile basse" (Phrynicos, cité par Plutarque, E. 762 C), c'est la position de l'éromène qui est valorisée et ceci dispose à un autre regard sur le masculin.

Mais ce qui donne sens à l'"âge éducateur", c'est encore ce qui définit l'adulte lui-même comme être social dans l'ordre des sexes et des générations. "D'où vient, demande le contempteur de la pédérastie dans les Amours de Lucien, que votre amour philosophique s'allume avec tant de violence pour un garçon qui n'a pas encore de raison ?" - "Précisément, pourrait répondre le sectateur de la pédérastie, parce que ce garçon, image immature de l'homme, n'a pas encore de raison et que c'est l'intérêt qu'un adulte lui porte qui va produire la raison en lui, l'insérer dans les ordres sociaux et lui faire partager sa condition d'homme. II y va de la réassurance de sa propre raison, travail jamais achevé d'intégration de l'indéterminé dans l'économie générale de la société"... Alors que la culture combat l'indétermination sexuelle (relative) de l'être humain en accentuant le dimorphisme de l'homme et de la femme, elle use ici de l'indétermination ou de l'immaturation physique et psychique du garçon comme d'un stimulus pour achever la différenciation des sexes. L'homosexualité pédagogique achève le masculin par un supplément de masculin.

L'"amour noble", pour parler comme Pausanias, est une éducation sexuelle et d'abord au sens classificatoire du mot. Ce qu'Eschine reproche à Timarque, qui disqualifie sa parole de citoyen, c'est d'avoir souillé la nature en usant de son corps d'homme comme s'il était femme (I, l85). Une phrase de Lucien, dans la bouche de l'adversaire de la pédérastie donne à penser que, pour l'homosexuel, le sexe du garçon n'est pas devant, mais derrière : "Cependant, il s'est approché de la statue [d'Aphrodite] comme d'un garçon, désireux qu'il était certainement que, même chez la femme, le sexe ne fût point par-devant" (Amours, 20). A la période classique, au contraire, l'intérêt de l'éraste est focalisé par le sexe du garçon et non par ses arrières. Il est remarquable que, dans l'iconographie, le face-à-face de l'éraste et de l'éromène se figure par un geste caractéristique de la courtisation que Beazley (1947 : 198 ) appelle "up and down" : l'adulte tend une main vers les parties génitales du garçon, tandis que l'autre, en un mouvement symétrique effleure, caresse ou désigne le menton ; parfois le garçon touche la barbe de l'éraste (idem : 200) (mise en rapport codée du sexe et de la barbe ? mais ce geste figure aussi la courtisation hétérosexuelle). Pendant l'union, tantôt l'accent paraît mis sur la captation ou la fascination du regard, tantôt le garçon, désarmé par un cadeau qui lui occupe les mains, semble content de l'affaire et paraît se désintéresser du transport de l'autre (Dover : R 502), tantôt (R 520), il tient son cadeau à la main et, de gratitude (?) paraît caresser la tête de l'adulte pendant que celui-ci se prépare à l'acte. Tantôt encore, il s'enfuit avec son cadeau (R 758), résiste malgré le cadeau qu'il vient de recevoir (R 583), ou reste indifférent aux avances qui lui sont faites (R 791). La subordination sexuelle paraît euphémisée ou censurée. (Sur le caractère conjectural de l'interprétation des images, voir : supra 9.2)



"Up and down" (Beazley - 1947 : 198 )


Musée de la céramique de Sèvres. Vase attique à figures noires (VIe s.)
La position canonique.



Vase attribué à Eucharidès (c. 500-470)




Rechercher dans :
http://www.AnthropologieEnLigne.com